L’UE va débloquer 220 M€ pour financier le transfert des patients atteints du Covid-19 entre États membres

cas

L’Union européenne (UE) va débloquer 220 millions d’euros pour financer le transfert de patients atteints du Covid-19 d’un État membre à l’autre, dans le but de soulager les hôpitaux surchargés par la deuxième vague de la pandémie, a annoncé jeudi soir la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

“La Commission européenne va débloquer 220 millions d’euros pour financer un transfert transfrontalier sûr de patients là où cela est nécessaire”, a indiqué Mme von der Leyen lors d’une conférence de presse, à l’issue d’une réunion informelle par vidéoconférence des Vingt-sept axée sur la coordination européenne face à la pandémie du coronavirus.

Pour la présidente de l’exécutif européen, “un bon usage des fonds exige d’avoir une bonne information et un bon échange” des données. Ces données, réunies via le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, recenseront les capacités en unités de soins intensifs.

Dans le cadre du renforcement de la coordination européenne face à la flambée du Covid-19 dans le vieux continent, Mme von der Leyen a insisté sur l’importance du partage des bonnes pratiques et des expertises entre États membres, annonçant le lancement d’une plateforme pour réunir les experts qui conseillent chaque gouvernement national et les ceux qui conseillent l’Union européenne.


Grâce à cet échange de connaissances scientifiques au plus haut niveau, “nous apprendrons les uns des autres ce qui fonctionne et nous éviterons des messages contradictoires ou confus”, a-t-elle affirmé.

Mme von der Leyen a, de même, appelé à renforcer l’interopérabilité des applications de traçage nationales: trois ont déjà été connectées au “système passerelle” établi par Bruxelles en vue de les relier entre elles, et 19 applications devraient suivre.

Concernant le tests de dépistage, la présidente de l’exécutif européen, a souligné que l’objectif de l’UE est de garder le virus sous contrôle “et cela passe par des tests massifs”.

Elle a ainsi relevé que les Vingt-sept sont convenus d’assurer une validation rapide au niveau de l’UE “des tests antigéniques rapides” qui sont actuellement en cours de développement et qui “ont certainement un rôle important à jouer” au côté des tests PCR.


Mme von der Leyen a, par ailleurs, souligné qu’afin de faciliter les voyages indispensables au sein de l’UE, la Commission européenne mettra en place “d’ici la fin de l’année” un formulaire européen unique de localisation des passagers. Elle a aussi plaidé pour une harmonisation des règles de quarantaine ainsi que pour la reconnaissance mutuelle des tests.

(Avec MAP)