L’UNICEF appelle à la mobilisation en RDC contre les mariages d’enfants

Purity, 16, and Saviour, 18, married when Purity was 15. Although they are in love, the teenagers from Zambia are now parents to two children and they worry that because of their situation they can no longer achieve their dreams. Purity is part of a Plan-supported girls economic empowerment programme which helps girls to come up with small businesses that can give them an income so that they can advance in terms of education, or improve their household economic status. With her group, Purity has set up a small village shop where they sell various grocery items.

L’UNICEF appelle à la mobilisation générale pour mettre fin aux mariages d’enfants en RDC, dans son rapport statistique sur le mariage des enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre, présenté lundi à Dakar, au Sénégal, indique un document de la MONUSCO parvenu mercredi à l’ACP. 

Elle appelle, à cet effet, tous les acteurs à mener des actions multisectorielles autour du plan d’action national pour mettre fin aux mariages d’enfants.  Selon la source, l’objectif global de cet appel est, notamment, d’assurer une meilleure protection des enfants et réduire de 20% leur engagement dans des unions conjugales précoces d’ici 2021, d’appuyer les enfants en situation difficile des risques qu’ils en courent dans des unions conjugales, de sensibiliser les enfants, les familles, les autorités coutumières et autres leaders communautaires sur les conséquences de l’engagement précoce en union conjugale et d’améliorer le cadre légal et réglementaire en matière de protection de l’enfant.

L’étude démographique et de santé 2013 et 2014, citée par la mission onusienne, indique que 43% de femmes sont en union avant 18 ans et plus de 3/5 le sont avant 20 ans. Cette situation, souligne la source, trouve ses raisons d’être dans l’ignorance et/ou le non-respect des droits de l’enfant par les parents, la conception selon laquelle la fille n’est valorisée dans la société que lorsqu’elle sait prouver sa capacité à la procréation ainsi que dans la pauvreté.

Le gouvernement de la RDC, à travers le ministère du Genre, enfant et famille, a élaboré, avec l’appui de l’UNICEF et d’autres partenaires, un plan d’action 2017-2021 pour mettre fin aux conséquences néfastes de la pratique des mariages d’enfants, notamment la privation à la jeune fille de son adolescence et la réduction de sa liberté individuelle, le manque de possibilité de développer une personnalité autonome et la déscolarisation, les violences domestiques et sexuelles et l’exposition à des complications lors de la grossesse et de l’accouchement, souligne la source.