L’UPA exhorte les parlements africains à prendre toutes les mesures pour favoriser la participation politique des jeunes

Les présidents des assemblées nationales à la 39ème conférence de l’Union parlementaire africaine (UPA) ont insisté, mercredi à Rabat, sur la nécessité pour les parlements et les parlementaires africains de prendre les mesures nécessaires à l’instauration d’un environnement favorable à la participation politique des jeunes.

Dans une résolution adoptée au terme de la 39ème conférence de l’UPA, tenue mardi et mercredi à Rabat, les présidents des assemblées nationales ont appelé également les parlements du continent à œuvrer à prévenir la marginalisation politique, économique et sociale qui peut ouvrir la voie au recours aux extrémistes et à la violence.

Réaffirmant son engagement en faveur de la démocratie et sa conviction que la promotion de la démocratie contribue à l’édification de la paix, de la stabilité et du progrès économique et social dans les pays africains, l’UPA souligne la nécessité pour les parlements africains, dans leurs structures et leur fonctionnement, de s’adapter à l’environnement numérique afin d’accroitre la transparence et la responsabilité d’une part, et de prendre en compte le fait que les technologies moderne de l’information sont en train de changer les modes de participation des citoyens, particulièrement des jeunes, d’autre part.

L’UPA exhorte aussi les parlements du continent à créer le cadre juridique et les mécanismes qui respectent la diversité du corps social et comportent des mesures nécessaires de soutien aux associations, aux structures de dialogue et aux moyens de communication, afin de permettre une large participation des membres de la société civile à la promotion de la démocratie.


Un appel est également lancé pour soutenir les politiques globales en faveur des jeunes, plus particulièrement des pauvres et des marginalisés, favorables à la santé, à l’emploi, à l’adaptation de l’éducation aux besoins du marché, à l’accès aux prêts pour les jeunes entrepreneurs, et tenant compte de tous les aspects de l’épanouissement des jeunes.

Les parlementaires africains sont invités aussi à ouvrir les débats parlementaires aux jeunes, notamment par le biais de consultations et d’auditions parlementaires et à élaborer des stratégies destinées à mobiliser les jeunes comme force devant induire des changements transformateurs et visant une autonomisation économique accrue des jeunes.

La résolution exhorte en outre les institutions législatives africaines à appuyer les projets destinés à encourager la participation des jeunes à la collaboration pacifique dans les zones de conflit, la lutte contre le terrorisme, l’organisation des jeunes dans le cadre de la lutte contre la corruption, la création de conseils locaux de jeunes et les campagnes médiatiques en faveur d’une plus grande participation des jeunes aux élections.

Les travaux de la 39ème conférence des présidents des assemblées parlementaires de l’UPA se sont déroulés mardi et mercredi au siège de la chambre des conseillers, avec la participation de 15 présidents de parlements membres de l’UPA et des représentants de plus de 240 parlementaires de 29 pays.


Cette conférence a débattu nombre de sujets liés aux défis du développement durable en Afrique, à la lutte contre le terrorisme et à la participation des citoyens, particulièrement des jeunes à la promotion de la démocratie.

L’ordre du jour, adopté par le comité exécutif de l’UPA réuni à Rabat samedi et dimanche derniers, comprenait également l’adoption des demandes d’admission et de réadmission, du rapport du président exécutif et du rapport d’activité du secrétaire général.

Les présidents des assemblées parlementaires ont également entériné les amendements aux statuts et au règlement intérieur et le rapport d’activité du comité des femmes parlementaire, procédé à l’élection des membres du comité exécutif (mandat de deux ans) et fixé la date et le lieu de la 40ème conférence.