L’USFP continuera à militer depuis son positionnement actuel

L’Union socialiste des forces populaires (USFP) a affirmé qu’elle ”continuera à militer depuis son positionnement actuel, et tout changement de sa position au sein de l’opposition dépendra des décisions des instances décisionnelles”.

Dans un communiqué publié lundi soir, consacrée à l’examen du déroulement et de l’organisation des dernières élections législatives et à l’évaluation des résultats qui en ont découlé, le Bureau politique de l’USFP a affirmé que ”les résultats annoncés n’ont pas permis d’établir une ligne nette entre la majorité et l’opposition”, notant que ”l’USFP avait déjà exprimé son scepticisme face à cette bipolarité artificielle”.

Le Bureau politique rappelle que le parti a présenté des propositions au sujet de la réforme des lois électorales comme étant une partie intégrante de la réforme politique; lesquelles lois électorales étaient censées accompagner la Constitution de 2011 et axées sur la nécessité de garantir une réelle représentativité des partis politiques, la crédibilité des élections, la révision totale du découpage des circonscriptions, le nombre de listes et de bureaux de vote, la procédure de supervision et de contrôle de ces derniers et la nécessité de mettre en place une loi rendant le vote obligatoire.

Les propositions du parti à propos des lois électorales, ajoute le Bureau politique, avaient pour finalité de dégager une véritable représentativité, crédible et transparente des formations politiques, considérant que ”la situation que nous connaissons aujourd’hui, à savoir une bipolarité artificielle, ne peut en aucun cas réduire à néant les partis du Mouvement national”.


Le Bureau politique a également attiré l’attention sur ”la dangerosité du phénomène d’abstentionnisme électoral”, la faiblesse du taux de participation y compris parmi les inscrits sur les listes électorales et la gravité de la situation que connait aujourd’hui la scène politique.

Le Parti a affirmé qu’ ”il poursuit sa lutte à partir de la position que les instances décisionnelles du parti lui ont choisie, qu’il continuera à militer depuis son positionnement actuel, et que tout changement de sa position au sein de l’opposition dépend des décisions desdites instances”.

”Face à cette situation, le Bureau politique a décidé d’adresser un mémorandum à Sa Majesté le Roi Mohammed VI conformément aux dispositions de l’article 42 de la Constitution vu que le Souverain est l’arbitre suprême entre les institutions, qu’il veille au respect de la Constitution, au bon fonctionnement des institutions constitutionnelles et à la protection des droits et libertés des citoyennes, des citoyens et des collectivités”, ajoute le communiqué.

Le parti affirme avoir entrepris cette initiative étant “convaincu que c’est bien le contrat liant l’Institution monarchique aux partis nationaux qui a permis la consolidation du processus démocratique”.