Lutte antiterroriste: Des responsables internationaux de la défense et de la sécurité saluent l’approche marocaine

Des responsables internationaux de la défense et de la sécurité ont salué, samedi à Tanger, l’approche adoptée par le Maroc en matière de lutte antiterroriste et ses contributions “reconnues” à l’échelle mondiale.

Intervenant lors du 3ème panel du MEDay “Fragmentation: sécurité et géopolitique” organisé dans le cadre du Forum international MEDays 2016, ces experts ont souligné le rôle du Royaume ces dernières années face à la gravité de la menace terroriste, mettant en avant l’approche marocaine qui “a su faire preuve de vigilance et de flexibilité” en fonction de la mutation des menaces qui mettent en péril de nombreuses régions du monde.

Les conférenciers ont également mis l’accent sur l’importance d’adopter une approche “exhaustive et multidimensionnelle” pour le traitement des questions de paix et de sécurité et mieux lutter contre le fléau du terrorisme.

“La contribution du Maroc est reconnue en la matière et nous apprécions cela pour sa juste valeur”, a affirmé le secrétaire général de l’Association du traité de l’Atlantique (ATA), Jason Wiseman, au cours de cette rencontre placée sous la thématique “Le monde sous la menace terroriste: Construire de nouvelles politiques de renseignement et de défense”. Dans ce cadre, M. Jiseman a mis en avant les multiples contributions du Maroc pour prévenir et lutter contre la radicalisation et le terrorisme, notamment le démantèlement de plusieurs cellules terroristes, la coopération du Royaume avec des partenaires européens, ses efforts pour la régularisation de la situation de 2.000 migrants, le programme de formation des préposés religieux, le renforcement du contrôle des frontières, en plus de ses initiatives en faveur de la Libye et son assistance aux services de sécurité dans la région.


Il a également mis l’accent sur l’importance de partager les bonnes pratiques et de s’appuyer sur des modèles de défense réussis afin d’éradiquer le terrorisme, d’organiser régulièrement des sessions de formation et des exercices de stimulation et de mettre en place une base de données d’urgence et un fonds d’achat qui est proportionnel au PIB pour financer les activités de lutte antiterroriste. De son côté, le président de la Commission Défense, sécurité et protection civile à l’Assemblée Nationale du Mali, Karim Keïta, a salué “le succès” de la coopération militaire maroco-malienne, remerciant SM le Roi Mohammed VI pour Son implication à aider à mettre fin à la crise au Nord du Mali. Le responsable malien a, en outre, appelé à l’adoption d’une nouvelle approche uniforme et à la centralisation de toutes les informations au niveau africain, relevant que la guerre contre le terrorisme nécessite une restructuration de l’armée et doit débuter de ses racines, notamment à travers la formation de la jeunesse, qui constitue “un terreau fertile de séduction”. “La menace terroriste n’a pas de visage. Il faut pouvoir rentrer dans la tête du terroriste, comprendre ses aspirations et son idéologie de manière à prévoir ses futures actions”, a-t-il dit.

De plus, a-t-il fait remarquer, les considérations et les enjeux géopolitiques ne doivent pas entraver l’objectif commun de battre le terrorisme, ajoutant que les services de renseignement doivent être à pied d’œuvre pour comprendre aussi les mutations géopolitiques qui entourent l’Afrique et pouvoir mieux anticiper les conséquences directes ou indirectes pouvant survenir sur le continent africain.

Pour le directeur du Centre pour la communication stratégique Stratim, basé à Ankara, Suat Kiniklioglu, la Turquie, qui accueille quelque 3 millions de réfugiés en majorité des syriens, a été régulièrement la cible d’attentats terroristes meurtriers, expliquant cela par l’instabilité en Syrie et la proximité géographique des deux pays.

M. Kiniklioglu a appelé au respect des croyances religieuses, des cultures et des libertés individuelles, tout en ayant une tolérance zéro avec les personnes qui profitent de la région pour mener des attaques terroristes.


Le directeur de la Commission atlantique aux Pays-Bas, Bram Boxhoorn, a, pour sa part, souligné l’importance “d’adopter une approche exhaustive et de fédérer les énergies de l’ensemble des acteurs désireux investir dans les dispositifs de défense”, notamment les services de sécurité, les institutions, les formateurs, les acteurs religieux et les familles pour contrecarrer ce fléau. “L’Europe, qui vit sous la menace d’attaques terroristes, aura besoin de mettre en place sa propre CIA”, a indiqué l’expert néerlandais, estimant que “cela serait très difficile, surtout après le Brexit”.

L’approche marocaine “intégrée, globale et multidimensionnelle” que développe le Maroc pour la prévention de la menace terroriste a été présentée, à cette occasion, par le commissaire divisionnaire du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), Mohamed Nifaoui, qui a souligné que le Royaume prône une action cohérente “fondée sur l’action sécuritaire qui porte sur le quadrillage institutionnel du champs religieux national pour l’extraire de l’emprise extrémiste, mais également sur la lutte contre la précarité qui est source de radicalisation moyennant des projets socio-économiques”.

Le commissaire n’a pas manqué de souligner le rôle de “l’institution de la Commanderie des croyants qui assure un équilibre vital entre toutes les institutions, cultures et religions monothéistes, constituant ainsi une garantie infaillible pour l’unité et l’authenticité de la spiritualité marocaine”.

S’agissant du bilan des réalisations, M. Nifaoui a fait savoir que depuis 2002, le Maroc a réussi au démantèlement de plus de 164 cellules terroristes, à l’arrestation de 2.933 personnes et à l’avortement de 324 projets terroristes, ajoutant qu’à partir de 2013, plus d’une quarantaine de cellules terroristes liées à la scène syro-irakienne ont été démantelées et 1.622 combattants marocains présents sur cette zone. Le MEDay “Fragmentation: sécurité et géopolitique”, qui est organisé dans le cadre du Forum MEDays 2016 initié par l’Institut Amadeus sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, couvre les questions liées à la géopolitique, à la sécurité et à la stratégie et vise à apporter des réponses appropriées en matière de lutte contre le terrorisme. Placée sous le thème “De la fragmentation à la durabilité : Révolutionner les paradigmes” et associant plus de 3.000 participants et 120 intervenants de haut niveau, cette 9ème édition du Forum MEDays vise à placer le concept de codéveloppement responsable au centre des enjeux africains et mondiaux, à travers le traitement des modalités concrètes de redéfinition des relations Sud-Nord et de consolidation des rapports Sud-Sud.