Lydia, la banque à portée de main !

lydia

L’application mobile française, Lydia, spécialiste du paiement en ligne, a levé un total de 112 millions d’euros pour cette année 2020, grâce au soutien d’Accel Partners, une société de capital-risque et croissance, afin de renforcer son service clientèle et développer ses fonctionnalités.

Avec le Covid-19, le paiement mobile a pris une place immense dans le marché des finances. Les géants de la Sillicon Valley n’ont pas raté cette occasion pour apporter des nouveautés sur leurs applications de paiement mobile.

Google Pay, l’application mobile du géant des moteurs de recherche Google, avait annoncé plus tôt dans l’année une refonte de son application, afin de répondre aux besoins de ses clients et de s’adapter à un environnement favorisant la consommation sans modération, grâce aux achats en ligne et les services de livraison.

Toutefois, en Europe les GAFA ne font pas l’unanimité quant au respect des données personnelles et l’exploitation des informations privées des utilisateurs de ces applications.

La fintech française, qui a vu le jour en 2013, revendique à ce jour plus de 4 millions d’utilisateurs et une part de marché de plus de 25% sur les 18-30 ans Français.


“Les événements de 2020 ont contribué à un fort recul de l’utilisation des espèces”, affirme dans un communiqué Cyril Chiche, co-fondateur et président de Lydia, soulignant que “le besoin de mieux comprendre où va son argent, de l’organiser plus clairement et de maîtriser sa situation financière a, lui aussi, explosé cette année”.

En janvier 2020, Lydia concluait la première levée de sa série B avec une somme de 40 millions d’euros. Parmi les actionnaires ayant participé à l’opération, CNP Assurances, XAnge et New Alpha, ainsi que le géant chinois Tencent propriétaire de la célèbre application WeChat Pay.

La startup parisienne finit l’année en beauté, grâce à une deuxième levé de 72 millions d’euros soutenue par un nouvel investisseur, Amit Jhawar, ancien directeur général de l’entreprise américaine Venmo, spécialiste du service de paiement mobile racheté par Paypal en 2013.

Amit Jhawar, devenu venture Partner chez Accel, a soutenu que “Lydia possède le plus grand réseau P2P d’Europe en dehors de PayPal et a le potentiel pour se développer dans toute l’Europe avec une solution mobile d’abord axée sur le client. Cela entraînera une demande accrue de produits financiers pour les consommateurs et un intérêt élevé des commerçants à accepter le paiement”.


La start-up est présente dans plusieurs pays européens dont la France, le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Espagne et le Portugal, elle ambitionne ainsi de poursuivre son internationalisation en ouvrant de nouveaux marchés en Europe en 2021, passant d’une application de paiement mobile à la “super-app” européenne des services financiers.

La transformation de ses fonctionnalités est à la hauteur de l’environnement rude et concurrentiel des appli mobiles spécialisées dans le paiement en ligne. Lydia est passé d’une simple application de virement entre particuliers, à un banquier 2.0 qui propose de créer des cagnottes, de programmer des paiements récurrents, de faire des crédits à la consommation grâce à un partenariat avec Younited Credit ou de payer par QR Code.

( Avec MAP )