A LA UNEMarocPolitique

M. Akhannouch : « Les contours de la majorité gouvernementale se préciseront au cours de la semaine prochaine »

Le Chef du gouvernement désigné M. Aziz Akhannouch a bouclé, ce mercredi 15 septembre, le 1er round des tractations avec les dirigeants des partis politiques représentés au Parlement en vue de la formation de la majorité gouvernementale. “Nous avons tenu des rencontres avec un ensemble de chefs de partis politiques durant lesquelles chaque parti a présenté sa vision et son appréciation de cette étape“, a-t-il souligné lors d’une déclaration à la presse.

La première étape ayant été marquée par des dialogues « importants et fructueux », les consultations se poursuivront de façon régulière. Tant et si bien que le chef de gouvernement a annoncé que « les contours de la majorité gouvernementale se préciseront au cours de la semaine prochaine ».

Par ailleurs, M. Akhannouch qui avait entamé, lundi, ses consultations pour la formation du nouveau gouvernement par une rencontre avec le secrétaire général du Parti Authenticité et Modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi, a par la suite, rencontré le secrétaire général du Parti de l’Istiqlal (PI), Nizar Baraka, le premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachguar, le secrétaire général du Mouvement populaire (MP), M’hand Laenser et le secrétaire général de l’Union constitutionnelle (UC), Mohamed Sajid.

Ensuite c’était au tour des autres formations politiques de se réunir avec le chef de gouvernement désigné en vue de former la coalition gouvernementale à savoir le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Mohamed Nabil Benabdallah, le secrétaire général du Mouvement Démocratique et Social (MDS), Abdessamad Archane, le secrétaire général du Front des Forces Démocratiques (FFD), Mustapha Benali et le coordinateur de l’Alliance de la fédération de gauche, M. Abdeslam Laâziz.

LIRE AUSSI : Les élections du 8 septembre, un symbole d’une nouvelle alternance pour un horizon démocratico-social

Quant au Parti de la Justice et du Développement, le Secrétaire général, Saad Eddine El Othmani, a décliné l’invitation aux consultations au moment où la secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU), Nabila Mounib, a informé le chef de gouvernement qu’elle se rangeait dans les rangs de l’opposition.

A rappeler que le Rassemblement national des indépendants (RNI) est arrivé en tête des élections du 8 septembre après avoir obtenu 102 sièges, suivi du PAM, qui arrive en deuxième position avec 86 sièges, du PI (81 sièges), de l’USFP (35 sièges), du MP (29 sièges), du PPS (21 sièges), de l’UC (18 sièges) et du PJD (13 sièges), tandis que les autres partis se sont partagés 12 sièges. Pour s’assurer de la majorité au sein de la Chambre des représentants, la coalition gouvernementale a besoin de 198 sièges.

Il est évident que le nouveau chef de gouvernement n’a pas de temps à perdre, aussi a-t-il promis de livrer sa copie dès la semaine prochaine. Serait-ce la raison pour laquelle le Parti de l’Istiqlal a décidé de tenir son Conseil national Le 18 septembre alors qu’il était prévu pour le 25 septembre ? De toute façon, la semaine prochaine promet de dévoiler bien des choses.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page