M. Benchamach affirme n’avoir déposé aucune plainte contre un membre de la chambre des conseillers ou un journaliste

Le président de la Chambre des Conseillers, Hakim Benchamach a affirmé n’avoir déposé aucune plainte contre un membre de la chambre des conseillers ou un journaliste concernant la commission d’enquête parlementaire sur la Caisse marocaine de retraite (CMR).

“M. Benchamach n’a engagé aucune procédure devant la justice à l’encontre d’un membre de la chambre des conseillers ou un journaliste. Il a uniquement transmis une correspondance provenant du président de la commission d’enquête au ministre de la justice et des libertés demandant l’ouverture d’une enquête au sujet de la divulgation d’informations et de données publiées par la presse concernant les délibérations de la commission, qui revêtent un caractère secret, en application de la loi organique nº 085-13 relative aux modalités de fonctionnement des commissions d’enquête parlementaires (article 11)”, précise la chambre des conseillers dans un communiqué.

Le président de la Chambre est chargé de “soumettre le rapport du président de la commission au ministre de la justice et des libertés, habilité à prendre les mesures nécessaires à ce propos“, explique la même source, notant que la responsabilité du président de la Chambre prendra fin une fois la question est soumise au ministre de la justice et des libertés et que le président de la Chambre ne peut ni intervenir ni orienter l’action des autorités judiciaires ou gouvernementales”.

“Le président de la Chambre est conscient de l’importance de la presse dans la consécration de l’édification institutionnelle et démocratique du pays et du droit du journaliste de publier l’information dans le respect des lois en vigueur”, a indiqué la même source.


“Après ces éclaircissements, conclut le communiqué, la Chambre des Conseillers réitère son ouverture permanente, à travers ses canaux de communication officiels, sur toutes les formes de coopération afin de permettre à l’opinion publique de s’assurer de la véracité de l’information et de son caractère infondé”.