M. Benchamach plaide pour “un leadership stratégique” en vue de mettre en œuvre le chantier de la régionalisation avancée 

 Le président de la chambre des Conseillers, Hakim Benchamach a plaidé, mercredi à Rabat, pour “un leadership stratégique” en vue de mettre en œuvre le chantier de la régionalisation avancée.

Intervenant lors d’un point de presse consacré à la présentation des recommandations du 2ème Forum parlementaire des régions, M. Benchamach a souligné que ce “leadership stratégique” doit être accompagné d’une vision claire et d’une mobilisation des ressources nécessaires en vue de relever les défis auxquels est confronté ce chantier.

M. Benchamach a fait savoir que les 36 importantes recommandations adoptées par ce forum ont été adressées au gouvernement, aux conseils des régions, au Conseil économique, social et environnemental (CESE), au Haut-commissariat au plan, au Conseil national des droits de l’Homme et à la Chambre des conseillers, indiquant que certaines recommandations insistent sur l’institutionnalisation d’un mécanisme de dialogue et de concertation entre le gouvernement et les présidents des conseils des régions au sujet des différentes questions relatives au développement au niveau régional.

D’autres appellent au lancement d’un processus de concertation entre les Conseils des régions et les autorités publiques concernées par le cadre général de la contractualisation entre l’état et les régions, ainsi que celles liées à l’exécution des politiques publiques sectorielles au niveau territorial, tout en prenant en considération les indicateurs y afférents, en l’occurrence la pauvreté, la précarité au niveau de la région, le taux d’équipement en infrastructures et l’indicateur d’accès à la santé et à la scolarisation, a-t-il ajouté.


M. Benchamach a, par ailleurs, estimé que la mise e oeuvre de la régionalisation avancée est “confrontée à des contraintes qui doivent être surmontées en vue d’éviter le cout de ce retard”.

La Constitution confère à la Chambre des conseillers des prérogatives particulières, notamment la priorité d’examiner les projets de lois relatifs aux collectivités territoriales et au développement social et régional, a-t-il poursuivi, faisant savoir que cette institution a pris en charge l’accompagnement du chantier de la régionalisation avancée, en vue de concrétiser sa vision tendant à donner une plus grande visibilité au bicamérisme au Maroc.

A cette occasion, le président de la Chambre des conseillers a mis l’accent sur le processus suivi par la Chambre pour organiser le 1er et le 2éme Forum parlementaire des régions, notant que les prochaines sessions débattront des questions relatives aux compétences, à la démocratie participative, à la gouvernance territoriale et à l’appui des partenariats internationaux.

Les participants au 2ème Forum parlementaire des régions ont appelé à l’application urgente des recommandations du CESE relatives à la création d’un pôle social au niveau régional dans le cadre de la déconcentration administrative, estimant que cette mesure renforcera la coordination entre les régions et les départements gouvernementaux décentralisés ainsi que l’intégration des programmes de développement régional au sein du modèle de développement en tenant compte les problématiques liées aux politiques en matière de la jeunesse.


Ils ont appelé à prendre les mesures administratives et organiques appropriées à même de poursuivre le processus de la décentralisation, et doter les services externes des différents départements ministériels d’attributions, sous la supervision du secteur de tutelle, autour des engagements des programmes de développement régional, ainsi que le lancement d’un processus expérimental, tout en mettant en place un cadre organique adéquat et unifié à ce processus.

Les participants ont, par ailleurs, plaidé en faveur du développement et de la diversification du cadre juridique et réglementaire régissant le partenariat entre les secteurs privé et public dans le cadre de l’exercice des régions de leur différentes fonctions, notamment en facilitant les conditions de signature des partenariats et la mobilisation des ressources financières.

Ils ont également appelé le président de la Chambre des Conseillers en coordination avec les Conseils régionaux et l’administration territoriale, à mettre en place un mécanisme de suivi, qui veille notamment à investir les résultats de ce forum parlementaire dans les travaux de législation, de suivi et d’évaluation des politiques publiques, ainsi que le suivi des priorités figurant dans le plan d’action.