M.Bourita : « Depuis mai 2018, de nombreux contacts ont été menés sur instructions de Sa Majesté le Roi »

Lors d’une interview accordée à la chaîne israélienne i24news, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita est revenu sur le processus enclenché par le Souverain dans le cadre du rétablissement des relations avec Israël.

Le processus dans lequel s’est impliqué Sa Majesté le Roi, s’est fait de manière discrète, efficace et avec conviction, s’est réjoui Bourita lors de cet entretien accordé à la chaîne israélienne, mardi 22 décembre. «Après tout ce travail mené par Sa Majesté le Roi, je pense que le résultat est positif ». Un résultat qui découle de plusieurs années de travail et de rapprochement entre les deux pays explique-t-il : « Depuis mai 2018, de nombreux contacts ont été menés sur instructions de Sa Majesté, des délégations ont été envoyées aux Etats-Unis pour rencontrer des Américains et des Israéliens ».

En effet, si beaucoup (experts, analystes, observateurs…) ont été surpris de l’annonce de ce rétablissement des relations entre Israël et le Maroc et n’ont cessé de réfuter toute idée d’un potentiel rapprochement, Bourita rappelle que la force du soft-power marocain réside dans sa discrétion. « Sa Majesté appartient à cette catégorie de leader qui préfère travailler discrètement, construire, car progresser ne dépend pas seulement de la volonté mais également du choix d’un sens…» explique-t-il.

Il revient par ailleurs sur la « victoire diplomatique importante », de la reconnaissance par les Etats-Unis de la marocanité du Sahara, une décision qui marque un « tournant » dit-il, puisqu’elle émane d’une grande puissance et d’un membre permanent du Conseil de Sécurité. «La démarche est vertueuse et elle dit : arrêtez de vous focaliser sur un processus mais plutôt sur le point d’arrivée».

 Interrogé également sur la prise de fonction de Joe Biden le 20 janvier 2021, Bourita estime que tout ce qui favorise la paix doit être encouragé. « Les accords qui ont été signés sont un acquis important pour la paix et la stabilité régionale au Maghreb et au Moyen-Orient, et en ce sens, l’Administration américaine trouvera cet acquis, la question qui se pose à présent c’est comment le faire fructifier ». À ce titre, le Maroc se dit prêt à travailler avec cette nouvelle Administration américaine dans le cadre de cet acquis, chacune des trois parties devant mettre en œuvre ce paquet (accords).


Pour rappel, quatre accords ont été signés lors de la visite de la délégation américano-israélienne, visant entre autres la coopération dans les domaines de l’eau, de la finance, ou encore de l’aviation. Un bureau de liaison israélien devrait être ouvert pour concrétiser ce rapprochement.

Enfin, réagissant sur la question palestinienne, le ministre des Affaires étrangères explique que la plupart des Palestiniens et la quasi-totalité des Marocains ne font pas d’amalgame. « Défendre la cause palestinienne n’est pas incompatible avec la promotion de la coopération avec Israël… et d’ailleurs ce n’est pas la première fois que le Maroc a établi des relations…Le Maroc n’a jamais été dans des extrêmes mais plutôt pour le rapprochement entre les protagonistes.”.