M. El Othmani qualifie d’ “important” le bilan de la mise en oeuvre du plan gouvernemental pour l’égalité “ICRAM”

Le Chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani a qualifié d’“important” le bilan de la mise en oeuvre du plan gouvernemental pour l’égalité “ICRAM” (2012-2016), qui a renforcé la dynamique gouvernementale et sectorielle. 

En réponse à une question centrale sur “la question féminine au Maroc”, présentée dans le cadre de la session mensuelle relative à la politique générale à la Chambre des représentants, M. El Othmani a souligné que ce bilan consiste en la réalisation de 75 pc des objectifs tracés, considérant que ce bilan constitue le cadre structurel et structurant des mesures mises en oeuvre. Ces réalisations avaient un fort impact sur les politiques publiques à travers l’institutionnalisation de l’égalité au niveau de plusieurs départements, la création des mécanismes et le lancement des stratégies sectorielles consacrant la culture du genre.

Le Chef du gouvernement a souligné que ICRAM 1 (2012-2016), élaboré par le ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, en coordination avec les différents départements gouvernementaux, a prévu des mesures bien définies visant l’instauration de l’égalité, la lutte contre toutes les formes de discrimination et de violence et l’autonomisation des femmes, à travers 8 domaines prioritaires, 24 objectifs, 156 mesures principales et plusieurs indicateurs d’évaluation qualitatifs et quantitatifs.

En se basant sur l’évaluation de ce plan, le conseil du gouvernement a adopté, le 3 août 2017, ICRAM 2 pour la période 2017-2021, qui sera mis en œuvre à travers 24 objectifs et près de 100 mesures, a-t-il rappelé, soulignant que la finalité est de protéger les femmes, renforcer leurs droits, améliorer leurs chances d’emploi et d’autonomisation économique, promouvoir l’égalité et lutter contre la discrimination et les stéréotypes.


Adopté selon une approche participative, ce plan porte sur quatre axes thématiques, trois transversaux, un axe support, 24 objectifs et environ 100 mesures.

Le plan porte sur le renforcement des opportunités d’emploi pour les femmes, leur autonomisation économique, les droits des femmes en relation avec la famille, la participation des femmes dans la prise de décision et la protection des femmes et la consolidation de leurs droit, en plus de la vulgarisation du principe de l’égalité et de la lutte contre la discrimination et les stéréotypes basés sur le genre social. Il s’agit également de l’’intégration de l’approche genre dans l’ensemble des politiques et programmes gouvernementaux, de la mise en œuvre au niveau territorial des objectifs d’ICRAM 2, ainsi que l’axe support lié au suivi et l’évaluation de la mise en œuvre de ce plan gouvernemental.

Concernant la place qu’occupe la question de la femme dans le plan d’action national en matière de démocratie et des droits de l’Homme (2018-2012), M. Othmani a tenu à affirmer que plusieurs mesures visant la promotion et la préservation dans droits de la femme ont été retenues.

Il a cité l’accélération de l’activation de l’Autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination, la mise en œuvre de l’approche genre au sein de l’ensemble des conseils élus aux niveaux national, régional et local, et l’harmonisation des dispositions légales relative à la femme avec les normes internationales en conformité avec la Constitution et les pratiques conventionnelles du Royaume, ainsi que la consolidation de la culture de l’égalité au sein de la société, l’autonomisation économique et sociale de la femme.


Le Plan prévoit également le renforcement d’ICRAM 2, l’accélération de la promulgation de la loi relative à la lutte contre la violence à l’égard des femmes, la consolidation des garanties juridiques incriminant le harcèlement sexuel, la préservation de la dignité de la femme dans les médias et la mise en place de mesures répressives contre toute violation à cet égard, l’instauration des mécanismes à même d’assurer l’accès des femmes à l’entreprenariat et la lutte contre les stéréotypes et la discrimination contre les femmes dans les médias et les manuels scolaires, a poursuivi le chef du gouvernement.