M.Elalamy appelle à la mise en place d’un écosystème industriel vert

 Le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a appelé, vendredi à Marrakech, à mettre en place un écosystème industriel vert connecté aux 43 écosystèmes existants.

Intervenant à l’ouverture d’une “Journée Industrie” organisée en marge de la COP 22, sous le thème “Les écosystèmes industriels au service d’une croissance verte”, M. Elalamy a recommandé également la mise en place d’un fonds d’appui à la fois aux startups et d’innovation dans le monde de l’énergie verte.

“Le ministère va continuer à s’impliquer fortement avec les différents opérateurs économiques pour pouvoir accompagner l’humanité et lutter contre les changements climatiques”, a affirmé M. Elalamy.

Selon le ministre, pour atteindre cet objectif il faut aligner les intérêts de l’Etat, du continent et de l’humanité avec les intérêts de l’individu, de l’entreprise et de l’industrie”.


Jusqu’à un passé récent, il était impossible d’envisager une économie verte au niveau de l’industrie, vu que ce secteur est le 3è pollueur dans le monde et consomme 22% de l’énergie, a fait remarquer M. Elalamy.

Le ministre a saisi cette occasion pour mettre l’accent sur des entreprises qui ont pu être à la fois responsables écologiquement et totalement compétitives, à l’image de Renault-Nissan et Siemens.

La baisse du coût de l’énergie à un niveau acceptable a encouragé les industriels à adopter les énergies propres, a relevé le ministre, notant qu’il reste encore des efforts à faire.

La journée industrie, labellisée COP 22, a pour objectif d’encourager les entreprises industrielles à orienter ou à renforcer leurs systèmes de production dans une logique de croissance verte.


L’accent est mis sur l’apport de la croissance verte dans l’amélioration de la compétitivité des entreprises, l’encouragement de systèmes de production écologiques ou encore l’innovation dans les technologies vertes.

Cette rencontre a été marquée par la participation d’éminents acteurs nationaux et internationaux œuvrant dans les domaines de la croissance verte.

La COP 22, dont les travaux se poursuivront jusqu’au 18 novembre, doit opérationnaliser l’Accord de Paris sur le climat, entré en vigueur le 4 novembre dernier, et accélérer l’action avant 2020 pour réduire l’impact des changements climatiques, tout en respectant les droits humains énoncés dans l’accord.

Ladite Conférence sera également une opportunité de débattre et d’examiner plusieurs thématiques relatives, notamment à l’agriculture, la sécurité alimentaire, l’énergie, les forêts, l’industrie, le transport et l’eau.


Cet événement planétaire se déroule dans le village Bab Ighli, qui s’étend sur une superficie de près de 300.000 m² et connaît la participation de 20.000 délégués en provenance de 196 pays (197 Parties).