M. Fares souligne la dynamique du métier d’avocat au Maroc aux niveaux des lois et de l’organisation

M. Fares souligne la dynamique du métier d’avocat au Maroc aux niveaux des lois et de l’organisation

 Le Président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, premier président de la Cour de Cassation, Mustapha Fares, a jeté la lumière, samedi à Fès, sur la dynamique que connaît le métier d’avocat au Maroc aux niveaux des lois, de la structure et de l’organisation. 

Intervenant à l’ouverture de la séance officielle d’un congrès international organisé par le syndicat des avocats à Fès, en partenariat avec l’Union internationale des avocats sur “l’évolution du métier d’avocat”, M. Fares a salué les efforts déployés par les avocats, ainsi que leur rôle dans la défense, non seulement des parties au différend, mais également des constantes nationales dans le cadre de la diplomatie parallèle. 

Le Président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a souligné la nécessité de consacrer le principe d’ouverture dans ce métier, de manière à lui permettre de faire face aux défis relatifs à la mondialisation, au développement technologique et à la prolifération croissante de la criminalité transfrontalière, appelant les professionnels de la justice à œuvrer conjointement au service de l’intérêt public, indique un communiqué de la Cour de Cassation. 

>>Lire aussi : Le ministère marocain de la Justice et son homologue espagnol conviennent de mettre en œuvre le Plan d’action 2018-2019


De même, il a précisé que l’organisation de ce congrès international se veut un prolongement de la Conférence internationale sur l’indépendance du pouvoir judiciaire tenue à Marrekech, mettant en exergue ces deux manifestations ayant ouvert le débat sur les dysfonctionnements du système judiciaire, ainsi que les moyens d’y remédier, en vue d’établir une confiance entre les justiciables. 

Il a salué dans ce cadre, les contenus du communiqué historique de Marrakech, appelant les différentes parties à interagir sérieusement en vue de mettre en oeuvre les dispositions du Message adressé par le Souverain aux participants à cette conférence de haut niveau tenue à Marrakech entre les 02 et 04 avril, faisant part de la détermination du pouvoir judiciaire à appliquer les contenus de cette initiative responsable, conclut-on de même source.