Macron appelle l’Iran à s’abstenir de toute mesure de nature à aggraver l’escalade

Macron

Le président français Emmanuel Macron a appelé, mardi, l’Iran à s’abstenir de toute mesure de nature à aggraver l’escalade en cours en Irak et dans la région, suite à la mort du général Qassim Soleimani, tué vendredi dans un raid américain, indique l’Elysée.

M. Macron a eu mardi un entretien téléphonique avec son homologue iranien Hassan Rohani, durant lequel il souligné la “profonde préoccupation de la France face aux événements récents en Irak et dans la région, ainsi que la détermination de la France à travailler à l’apaisement des tensions”, ajoute la présidence française dans un communiqué.

Le chef de l’Etat français, précise-t-on, a rappelé l’attachement de son pays à la souveraineté et à la sécurité de l’Irak, qui selon lui, doivent aussi être renforcées par la “présence sur son sol de la coalition internationale dont l’unique objectif est la lutte contre Daech”.

Il a également appelé l’Iran à revenir rapidement en pleine conformité avec ses engagements au titre du JCPoA, ajoute l’Elysée, notant que M. Macron a appelé à la libération “sans délai” des ressortissants français détenus en Iran, Fariba Adelkhah et Roland Marcha.

→ Lire aussi : Crash d’un boeing en Iran: environ 170 morts


Les deux chefs d’Etat ont décidé de rester en contact étroit dans les prochains jours, conclut l’Elysée.

Le ministre français de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a souligné la veille la nécessité pour les Etats Unis et l’Iran de s’engager dans un processus de négociations, suite à l’escalade des tensions entre les deux pays après la mort du général Soleimani.

Après que l’Iran a promis une “riposte militaire” suite à la mort de son général en Irak, le président américain a averti que son pays frapperait “très rapidement et très durement” 52 sites iraniens si Téhéran attaquait du personnel ou des sites américains.

M. Macron avait eu une série d’entretiens téléphoniques notamment avec ses homologues américain, russe, irakien et turc, ainsi qu’avec le prince-héritier d’Abou Dhabi sur la dernière escalade des tensions en Irak et dans la région.


Dans le même sillage, le chef de la diplomatie française s’est entretenu au téléphone avec plusieurs ministres des affaires étrangères notamment irakien, allemand, chinois, européen, saoudien et britannique.