Le Maghreb a tous les atouts pour être un espace de prospérité partagée

Le Maghreb a tous les atouts pour être un espace de prospérité partagée, a souligné, jeudi à Tunis, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki.

 Le Maghreb a tous les atouts pour être un espace de prospérité partagée, a souligné, jeudi à Tunis, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki.

En visite de travail et d’amitié à Tunis, M. El Malki a souligné, lors de ses entretiens avec le président de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Mohamed Ennaceur, que les pays du Maghreb partagent les mêmes soucis sur le plan sécuritaire, notant que “sans sécurité il n’y a pas de progrès économique”, indique un communiqué de la Chambre des représentants, parvenu vendredi à la MAP.

Il a également relevé que “l’édification du Grand Maghreb constitue plus que jamais un choix stratégique nécessaire pour la stabilité, pour la sécurité et pour la dignité du citoyen maghrébin et qu’il faut continuer à croire que l’histoire finira par imposer sa logique”.

Concernant la situation en Libye, pays limitrophe de la Tunisie, M. El Malki a mis en avant la pertinence de l’Accord de Skhirat “qui demeure un cadre évolutif idoine pour juguler cette crise dont les ramifications se ressentent dans tous les pays de la région”. 


>>Lire aussi : Séance de travail entre La Présidente de la CGEM et Le Ministre de l’Industrie et du Commerce du Paraguay

Par ailleurs, il a remis à son homologue un projet de mémorandum d’entente esquissant les contours et le cadre juridique d’une coopération fructueuse et mutuellement bénéfique entre les deux assemblées à travers la mise en place d’un forum parlementaire.

Tout en saluant l’évolution du processus démocratique en Tunisie, “pays où l’émancipation de la femme et le système d’éducation sont érigés en modèles”, le président de la Chambre a précisé que “tout changement politique occasionne un coût, mais le changement se justifie amplement lorsqu’il est susceptible d’ouvrir de meilleures perspectives économiques et sociales”.

Sur le plan bilatéral, M. El Malki a rappelé l’importance de veiller à la mise en œuvre des accords signés à l’occasion de la 19ème Haute commission mixte Maroco-tunisienne qui s’est tenue à Rabat en juillet 2017.


De son côté, M. Ennaceur a manifesté un grand intérêt pour l’expérience marocaine en matière de législation et pour la gestion moderne et le savoir-faire confirmé acquis par la Chambre des Représentants marocaine.

Il a, à cet égard, fait savoir que le Parlement tunisien envisage d’envoyer prochainement une délégation parlementaire à Rabat pour s’imprégner de l’expérience marocaine et se familiariser avec les bons procédés en vigueur au sein de la première Chambre.

Le chef du législatif tunisien a, aussi, mis en avant les progrès réalisés par son institution en trois ans d’existence. “Une expérience qui se poursuivra la semaine prochaine par l’élection de quatre membres de la Cour constitutionnelle”, a-t-il dit.