Mali : 37 personnes tuées dans une attaque contre un village peul

A Malian soldiers stand beside a destroyed building on November 13, 2018, in Gao, after a suicide car bomb attack overnight, which killed three people. - Three Malian civilians were killed and around 30 people were wounded in a suicide attack late on November 12 in the country's violence-hit north, officials said, as a diplomat said some of the injured were sub-contractors for the UN. The attack took place in the city of Gao when a 4x4 vehicle blew up in a residential area, the security ministry said in a statement. The blast was claimed by the GSIM, the main jihadist group operating in the Sahel region. It has ties to Al-Qaeda and was blacklisted by Washington in September. (Photo by - / AFP)

Par Saad Bouzrou

Une attaque a fait 37 morts le 1er janvier dans un village peul du centre du Mali. Selon l’ONU, les violences inter-communautaires qui se sont multipliées au cours de ces quatre dernières années ont fait 500 morts en 2018.

Le mali a commencé une mauvaise année 2019. Au moins 37 habitants ont été tués le 1er janvier dans une attaque de chasseurs traditionnels, alors que les autorités ont engagé un dialogue intercommunautaire pour renforcer la paix et la sécurité dans la région. Des «hommes armés habillés en tenue de chasseurs traditionnels dozos» ont mené cette attaque, selon un communiqué gouvernemental qui précise en outre que «de nombreuses habitations» ont été incendiées.

D’après le gouvernement, cette attaque contre les Peuls survient «alors que les plus hautes autorités du Mali ont entrepris de créer les conditions d’un dialogue intercommunautaire fécond, dans le but d’instaurer durablement la cohésion et la paix» dans la région.

Les chasseurs traditionnels, dits «dozos», reconnaissables à leur tenue et à leurs fétiches, prétendent protéger les Dogons contre les Peuls, alors que le conflit entre les deux communautés s’est exacerbé, dans le contexte de la lutte contre les Jihadistes.  «C’est une milice dozo qui nous a attaqués tôt ce matin. Ils étaient tous armés, habillés en tenue dozo. Notre chef de village Moussa Diallo a trouvé la mort dans cette attaque, ainsi que des membres de sa famille, dont une fillette et des vieilles femmes», a témoigné à l’AFP Allaye Yattara, un éleveur peul du village. «Nous avons eu la vie sauve parce que nous étions sortis très tôt pour conduire les animaux. Ce sont les coups de feu qui nous ont fait rebrousser chemin», a-t-il ajouté.


→Lire aussi : Mali: 26 morts dans le naufrage de deux pirogues dans le nord du pays

Recrudescence des violences

Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur peul Amadou Koufa, les violences se multiplient entre les Peuls, traditionnellement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant majoritairement l’agriculture. Ces violences intercommunautaires ont fait plus de 500 morts civils en 2018, selon l’ONU.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l’armée face à la rébellion à dominante touareg, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée. Les djihadistes ont été en grande partie chassés du nord du Mali ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.