Manifestations aux USA: des experts de l’ONU et de l’OEA condamnent l’usage de la force contre les journalistes

journalistes

Des experts indépendants des droits de l’homme des Nations-Unies et de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) relevant de l’Organisation des Etats américains (OEA), ont condamné, mercredi, l’usage de la force contre les journalistes qui couvrent les manifestations antiracistes aux Etats-Unis.

“Le ciblage des travailleurs des médias par une force mortelle ou moins meurtrière au cours de l’exercice de leur travail est interdit par le droit international et contraire aux meilleures normes de maintien de l’ordre”, ont souligné dans un communiqué, David Kaye, Rapporteur spécial des Nations-Unies sur la promotion de la liberté d’opinion et d’expression et Edison Lanza, Rapporteur spécial de la CIDH pour la liberté d’expression.

Les autorités fédérales, étatiques et locales américaines doivent accorder aux médias “le plus haut degré de protection” afin qu’ils puissent exercer librement leur travail, ont insisté les deux experts, notant que cette obligation comprend à la fois le devoir d’éviter l’usage ou la menace de l’usage de la force contre les journalistes et de protéger les journalistes contre la violence de tiers.

“Les personnes qui enfreignent ces règles doivent être soumises à l’obligation de rendre des comptes et à des procédures disciplinaires”, ont déclaré les deux rapporteurs spéciaux.

Cette déclaration intervient à la suite des « nombreux rapports » reçus par les experts faisant état « de journalistes attaqués, harcelés, arrêtés et détenus dans le cadre de leur travail de couverture des manifestations anti-racistes et contre les violences policières aux États-Unis ».


« Les forces de l’ordre ont le devoir d’assurer la sécurité des journalistes qui couvrent les protestations et de garantir le droit du public à rechercher et à recevoir des informations sur ces mobilisations sociales », ont-ils fait remarquer, tout en rappelant le rôle de la presse dans les sociétés démocratiques.

De façon générale, les deux experts indépendants de l’ONU et de l’OEA se sont profondément préoccupés de « la militarisation du maintien de l’ordre aux Etats-Unis », qui non seulement interfère avec le droit de réunion pacifique, mais limite également la capacité de la presse à couvrir les manifestations.

Cette militarisation encourage les forces de l’ordre à considérer les manifestants et les journalistes comme des belligérants, selon les experts, qui encouragent vivement les autorités de Washington à “la démilitarisation et au recours aux normes internationales pour la gestion des manifestations”.