Mark Zuckerberg s’exprime sur la réglementation du contenu, des élections et de la vie privée

Mark Zuckerberg au congres
WASHINGTON, DC - APRIL 10: Facebook co-founder, Chairman and CEO Mark Zuckerberg testifies before a combined Senate Judiciary and Commerce committee hearing in the Hart Senate Office Building on Capitol Hill April 10, 2018 in Washington, DC. Zuckerberg, 33, was called to testify after it was reported that 87 million Facebook users had their personal information harvested by Cambridge Analytica, a British political consulting firm linked to the Trump campaign. (Photo by Chip Somodevilla/Getty Images)

Plus tôt ce matin, Sheryl Sandberg a rompu le silence du site autour du massacre de Christchurch et Mark Zuckerberg appelle maintenant les gouvernements et d’autres organismes à renforcer la réglementation en ce qui concerne le type de trafic de données sur Facebook. Il espère pouvoir affronter une réglementation lourde et prendre un siège à la table pour le façonner.

Le fondateur a publié une lettre simultanément sur sa propre page et sur le Washington Post, ce dernier étant un moyen idéal de faire connaître ses sentiments. Zuckerberg note que s’il devait recommencer, il demanderait une surveillance externe accrue dans quatre domaines clés :

Contenu préjudiciable – Il souhaite que les règles et les critères de référence généraux permettent de mesurer les applications sociales

Intégrité électorale – Il veut que le gouvernement définisse clairement ce qui constitue une annonce politique

Protection de la vie privée- Il souhaite des réglementations de type GDPR à l’échelle mondiale susceptible d’imposer des sanctions aux contrevenants

Portabilité des données – Il souhaite que les utilisateurs puissent transférer leurs informations d’une application à une autre


Les luttes et les faux pas ont défini une grande partie des dernières années de Facebook, plusieurs controverses tourbillonnant souvent à la fois sur le réseau social. Tous les PDG ne sont pas invités à témoigner devant le Congrès. Facebook héberge et contrôle une incroyable collection de données, jouant un rôle clé dans tout, du ciblage des annonces et des relations interpersonnelles aux cycles de l’information et aux élections.

Au cours des deux dernières années, j’ai principalement concentré mes efforts sur des problèmes tels que le contenu préjudiciable, l’intégrité des élections et la vie privée. Je pense…

Publié par Mark Zuckerberg le samedi 30 mars 2019

→Lire aussi: Facebook interdit le nationalisme blanc sur ses plateformes

“Les législateurs me disent souvent que nous avons trop de pouvoir sur la parole, et je suis franchement d’accord avec cela”, écrit Zuckerberg, trois jours après l’interdiction générale du “nationalisme blanc” et du “séparatisme blanc”. Il décrit ensuite le travail de l’entreprise avec les gouvernements, parallèlement à la mise en place d’un comité de surveillance indépendant, avant que quiconque puisse accuser l’entreprise d’avoir complètement passé la main.

«L’une des idées est que des organismes tiers établissent des normes régissant la distribution de contenu préjudiciable et mesurent les entreprises par rapport à ces normes», écrit Zuckerberg. «La réglementation pourrait fixer des bases pour ce qui est interdit et obliger les entreprises à mettre en place des systèmes pour conserver le contenu préjudiciable au strict minimum. »

Zuckerberg continue à encourager une législation accrue sur la manipulation électorale et la publicité politique.


En ce qui concerne l’intégrité électorale, Facebook a fait un grand progrès cette semaine en plaçant toutes les campagnes publicitaires inactives actives et anciennes dans une bibliothèque publicitaire avec recherche par mot clé. Mais après la pression exercée par les éditeurs d’informations qui ne voulaient pas que leurs annonces faisant la promotion d’articles politisés soient incluses à côté des annonces de campagne traditionnelles, Facebook les a exemptés. Ces publicités peuvent toujours influencer l’électorat et, même si elles doivent être classées séparément, elles doivent quand même être archivées à des fins de recherche.

En matière de vie privée, eh bien, il y a beaucoup à faire. L’un des principaux domaines dans lesquels cela pourrait être amélioré est de permettre aux gens de se soustraire complètement à la recherche, notamment par leur numéro de téléphone, afin d’éviter les harceleurs. Et de meilleurs contrôles devraient être disponibles pour la façon dont Facebook utilise vos informations de contact une fois téléchargées dans les carnets d’adresses d’autres utilisateurs.

Enfin, avec la portabilité des données, Facebook traîne les pieds. Il y a un an, nous avons publié une analyse détaillée de la façon dont Facebook vous permet uniquement d’exporter votre graphique social sous forme de liste de noms d’amis qu’il est difficile d’utiliser pour les trouver sur d’autres réseaux sociaux. Facebook doit rendre son graphe social véritablement interopérable pour que les utilisateurs ne perdent pas leur communauté s’ils changent d’application. Cela contraindrait Facebook à mieux traiter les utilisateurs, car partir serait une option viable.

En prenant ces mesures, on montrerait aux autorités de réglementation que Zuckerberg ne se contente pas de dire du bout des lèvres dans l’espoir d’obtenir une peine plus clémente. Cela démontrerait qu’il est prêt à apporter un changement au service de la société.

 

Avec TechCrunch.