Maroc-Sénégal : Un partenariat économique florissant pour un avenir prometteur

 

Le Maroc et le Sénégal, deux pays frères et amis liés par une longue histoire de relations séculaires englobant différents domaines, entretiennent des relations économiques florissantes qui sont tournées vers un avenir encore plus radieux, à la faveur notamment de la volonté inébranlable des deux Chefs d’Etat, SM le Roi Mohammed VI, et le président sénégalais, Macky Sall, de donner une réelle impulsion à ce volet de coopération.

Nombreuses sont les visites effectuées par le Souverain au pays de la Téranga, depuis la toute première tournée officielle du Souverain dans ce pays et dans la région en 2001, ayant permis d’imprimer une nouvelle dimension aux relations bilatérales, notamment économiques.

Imbus du souci de fructifier le capital précieux de leur solidarité agissante et fortifier leur partenariat exemplaire, legs d’une histoire séculaire et d’une vision savante pour le développement, les deux pays s’emploient à forger définitivement l’image de leaders que le monde retient d’eux comme partenaires sûrs et acteurs aguerris dans un continent où la coopération interrégionale ne fonctionne pas à plein régime.

C’est dans cette logique que s’insère la visite officielle qu’entamera le Souverain demain dimanche à Dakar, consacrant, si besoin en est, l’excellence des relations entre les deux peuples frères et la vision du Souverain à faire de l’axe Rabat-Dakar un levier pour le développement interafricain.


Force est de constater que les échanges maroco-sénégalais ne cessent de croître d’une année à une autre comme le dénote la hausse des importations et des exportations dans les deux sens.

Ce partenariat qui touche divers secteurs stratégiques, de l’agriculture, à la formation, les transports et l’énergie en passant par l’habitat, l’industrie pharmaceutique et les nouvelles technologies, renseigne sur le choix judicieux des produits destinés en premier à convenir aux besoins des usagers.

Comme il ressort des statistiques, le Sénégal est le premier client du Maroc en Afrique Subsaharienne avec 12 pc des exportations, et le 8è fournisseur du Royaume au niveau de la sous-région avec 2,13 pc des importations.

En 2014, les produits les plus importés par le Maroc à partir du Sénégal sont les conserves de poisson (30,41 millions DHS), le coton (27,46 millions) et d’autres produits d’arboriculture (9,17 millions).


Les produits les plus exportés vers le Sénégal sont des produits azotiers et les engrais pour un montant d’environ 180,4 millions DHS, les articles en papier ou en carton (105,48 millions) et d’autres produits pétroliers (81,96 millions).

Depuis fort longtemps, des actes concrets ont été posés afin de répondre aux besoins des opérateurs économiques, d’où l’intérêt de rappeler, à titre d’exemple, la convention bilatérale de 1964 garantissant la réciprocité du traitement national des entreprises marocaines et sénégalaises sur le territoire des deux parties. Cet accord dénote sans ambages la volonté d’asseoir un partenariat durable avec des bases solides.

Depuis l’année 2000, la présence économique marocaine au Sénégal ne cesse de croitre régulièrement via l’implantation d’investissements privés et la multiplication d’initiatives visant à consolider cette présence.

Il convient de rappeler ici que la dernière visite du Souverain au Sénégal, en mai 2015, a été couronnée par la signature d’un total de 28 accords dans différents domaines de coopération entre les deux pays frères.


La signature de ces accords s’inscrit dans le sillage de plus d’une centaine d’autres conventions liant les deux pays dans différents domaines et visant à enrichir le cadre juridique, très dense, de la coopération maroco-sénégalaise et à consolider davantage les relations singulières entre les deux pays.

Ces accords et conventions reflètent, sans équivoque, l’engagement sans faille de SM le Roi Mohammed VI pour la consolidation d’une coopération Sud-Sud solidaire et agissante, érigée par le Souverain parmi les axes fondamentaux de la politique étrangère du Royaume, au service des intérêts des peuples africains frères.

Ils reflètent également la volonté commune des Chefs d’Etat des deux pays d’aller de l’avant sur la voie du renforcement des relations entre le Sénégal et le Maroc.

Les accords signés s’inscrivent, aussi, dans le cadre de l’approche royale intégrée vis-à-vis de l’Afrique, qui place l’élément humain au cœur du processus et des objectifs de développent, sur la base d’un partage équitable des retombées du développement.


Cette visite a été marquée également par la mise en place du Groupe d’Impulsion Economique maroco-sénégalais, qui est une structure mise en place par les deux pays pour structurer et dynamiser leurs relations de partenariat économique, favoriser la co-émergence, promouvoir le partenariat entre les secteurs privés des deux pays et assurer le suivi de réalisation des accords privé-privé et public-privé entre les deux pays.

La création de cette nouvelle structure intervenait dans le cadre des Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI pour consolider davantage les relations avec le Sénégal, un pays frère avec qui le Royaume développe une coopération fructueuse et multiforme.

Le Groupe d’Impulsion Economique Maroco-Sénégalais, qui se réunira chaque six mois, est co-présidé par les ministres des Affaires étrangères et les présidents des patronats des deux pays, et comprend 10 secteurs d’activités identifiés comme prioritaires, avec une coprésidence de chaque côté.

Aussi, la commission numérique du Groupe d’impulsion économique maroco-sénégalais (GIE) avait tenu, en juin dernier à Dakar, sa première réunion consacrée à l’évaluation des efforts déployés pour la mise en oeuvre des projets ayant fait l’objet d’accords conclus entre les deux pays dans le domaine de l’économie numérique.


La réunion visait également à diagnostiquer les contraintes pouvant constituer une entrave à la concrétisation des projets de développement ciblés par les ententes de partenariat signées lors de la visite royale en mai 2015.

L’objectif de la rencontre consistait aussi à faire en sorte que les stratégies de développement prévues par le Plan Sénégal émergent (PSE) se concrétisent en partenariat avec les sociétés marocaines.

Le Maroc et le Sénégal ont beaucoup à gagner et à apprendre l’un de l’autre en persévérant sur la même voie de développement et de modernisation pour le bien être de leurs populations respectives.

C’est dire que l’axe Rabat-Dakar est un exemple à suivre pour les pays de la région, qui croient en la pertinence du modèle marocain et en sa capacité à les aider à aller de l’avant dans leurs projets de développement.