AccueilA LA UNEMaroc-USA : une alliance historique et un partenariat d’exception

Maroc-USA : une alliance historique et un partenariat d’exception

Entre le Maroc et les États-Unis, l’alliance est historique et le partenariat est d’exception. Depuis Son accession au Trône, SM le Roi Mohammed VI n’a eu de cesse d’œuvrer, avec les présidents américains successifs, en vue de consolider la coopération bilatérale et poser les jalons d’un partenariat stratégique ambitieux.

La densité des échanges aux niveaux tant diplomatique qu’économique, culturel, et de sécurité ainsi que l’élargissement du spectre des relations pour englober les questions de paix et de développement dans le monde arabe et en Afrique traduisent aujourd’hui toute l’importance reconnue par les États-Unis à l’égard du Maroc et de la place et du rôle de Sa Majesté le Roi sur l’échiquier régional et international.

L’état de santé de la relation d’exception qui unit les deux pays a été dressé, de manière solennelle et des plus éloquentes, par SM le Roi Mohammed VI, à l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance des États-Unis.

Dans un message de félicitations au président américain, M. Donald Trump à l’occasion de la célébration de cette fête du 4 juillet, Sa Majesté a tenu à rappeler le socle historique solide qui fonde les liens entre Rabat et Washington.

Les liens d’amitié ancestrale, basés sur la solidarité agissante et l’estime mutuelle qui unissent le Royaume du Maroc et les États-Unis d’Amérique, ont toujours constitué un socle des relations de coopération bilatérales distinguées dans différents domaines, a ainsi rappelé le Souverain.

Tout en se félicitant du haut niveau et de l’exemplarité du partenariat stratégique maroco-américain, SM le Roi Mohammed VI a réitéré Sa ferme détermination à continuer à œuvrer de concert avec le président Trump pour aller de l’avant dans le renforcement de la forte dynamique qui caractérise ce partenariat, au service des intérêts communs des deux pays amis et en consécration de leur approche de concertation et de consultation permanente autour de différentes questions d’intérêt commun.

Au niveau international, SM le Roi a réaffirmé Sa détermination à continuer à œuvrer, de concert avec le président américain, pour la préservation de la paix et la sécurité dans le monde, notamment en matière d’unification des efforts pour la promotion d’un continent africain plus sécurisé et plus prospère.

A Washington, tant au sein de la Maison Blanche qu’au niveau des deux chambres du Congrès, les décideurs américains voient en le Souverain le leader d’un pays ami et allié clé, doublé d’un partenaire fermement engagé pour la promotion de la paix et de la stabilité. Ils reconnaissent aussi le leadership Royal sur des questions fondamentales de l’heure telles le dialogue inter-religieux, la migration, la paix au Proche-Orient, ou encore la lutte contre le terrorisme.

La même conviction est partagée dans les cercles de réflexion et les institutions influentes.

Le leadership de Sa Majesté le Roi a été reconnu cette année à New York où le Souverain s’est vu décerner le Prix international de la “Ellis Island Medal of Honor”, une prestigieuse distinction américaine attribuée à des personnalités américaines et internationales dont les contributions personnelles, professionnelles et philanthropiques profitent à la communauté mondiale.

→ Lire aussi : Réunion à Rabat du Comité conjoint chargé du suivi de l’ALE Maroc-USA

Parmi les précédents récipiendaires de cette médaille figurent sept présidents américains : Richard Nixon, Gerald Ford, Jimmy Carter, Ronald Reagon, George H.W Bush, Bill Clinton, et Donald Trump, outre des leaders mondiaux, dont des lauréats du Prix Nobel et de grands noms du monde académique, des arts, de l’industrie et du sport.

Baptisée du nom de l’île Ellis Island, naguère le principal port de transit de plusieurs générations d’immigrants aux États-Unis, cette médaille récompense les contributions en matière de promotion des valeurs de diversité, de tolérance, de respect et de la compréhension entre les groupes religieux et ethniques.

Devenu terre d’immigration, le Maroc, à son tour, se distingue par une politique migratoire humaniste initiée par SM le Roi puisant dans la tradition d’ouverture et le principe du multiculturalisme sans cesse prônés par le Souverain.

Dans le registre diplomatique, les rencontres récurrentes entre hauts responsables politiques et décideurs économiques à Rabat comme à Washington, ont été l’occasion de saluer le Maroc, sous la conduite du Souverain, en tant que modèle de réformes politiques et économiques, et comme exemple d’ouverture et de tolérance.

Force est de relever qu’en cette année 2019, le partenariat stratégique multiforme entre Rabat et Washington, liés par un accord de libre-échange entré en vigueur en 2006 et un dialogue stratégique lancé en 2012, a été davantage consolidé.

Les axes de coopération ont couvert les volets politique et diplomatique tout comme les axes économique, culturel et de sécurité.

Dans le deux capitales, le mot d’ordre est de hisser le niveau de la relation séculaire maroco-américaine à des niveaux supérieurs.

Lors d’un entretien en février, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, et le Secrétaire d’État américain, Michael Pompeo, ont discuté, dans ce sens, des moyens d’élargir la coopération bilatérale aux questions régionales, tout en réaffirmant le partenariat stratégique de longue date unissant le Maroc et les États-Unis.

Les deux pays veillent en effet à préserver la particularité de ce partenariat stratégique, et lui assurer un renouvellement continu.

Au regard des défis qui se posent aujourd’hui, la pertinence de ce partenariat est, à chaque fois, confirmée, comme l’a rappelé M. Bourita.

En mission diplomatique à Rabat avec le Conseiller principal du Président américain Jared Kushner, le représentant spécial américain pour les négociations internationales, Jason Greenblatt, a qualifié le Maroc de pays “ami et allié important” des États-Unis, saluant la “sagesse”.

Sur le front économique, la volonté de donner davantage de substance au partenariat stratégique s’est traduite par un nouvel élan conféré à la coopération bilatérale. L’objectif est de mettre à profit les énormes avantages offerts par l’accord de libre-échange entre les deux pays.

Aux États-Unis, le Maroc met en avant ses fondamentaux solides, son histoire établie en matière d’entreprenariat ainsi que les opportunités d’investir dans un “hub vers l’Afrique”.

La 5ème édition du Forum commercial USA-Maroc, tenu cette année à Miami en Floride, un hub économique clé vers l’Amérique Latine et un État qui concentre une forte communauté marocaine (plus de 30.000), a servi de cadre idoine pour ainsi explorer de nouvelles pistes pour booster les échanges commerciaux entre les États-Unis, le Royaume et au-delà au reste du continent africain.

Le thème choisi : “Forum pour le commerce et l’investissement entre les États-Unis et le Maroc: Les liaisons transatlantiques”, est révélateur des ambitions des deux parties pour promouvoir davantage les relations commerciales entre la première économie du monde et un continent africain en pleine croissance.

“Grâce à la vision et l’engagement personnel de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc, comme porte d’entrée pour investir en Afrique, est une réalité palpable sur le terrain”, a tenu a rappeler l’ambassadeur de SM le Roi aux États-Unis, Lalla Joumala Alaoui, devant le parterre de responsables gouvernementaux, de chefs d’entreprises, d’experts et de diplomates, réunis à l’occasion de ce conclave initié en partenariat avec le Centre d’affaires USA-Afrique de la Chambre américaine du commerce et le Miami Dade College, plus grande université publique aux États-Unis.

Seul pays africain lié aux États-Unis par un accord de libre-échange, le Maroc est un acteur économique majeur sur le continent où les entreprises marocaines ont investi dans toutes les régions et secteurs. Ces entreprises ont été encouragées par la vision clairvoyante et l’engagement personnel de SM le Roi Mohammed VI, un fervent défenseur de la coopération Sud-Sud comme levier du progrès et du développement durables en Afrique.

Ces arguments résonnent aux États-Unis car ils constituent un catalyseur de taille pour les entreprises américaines toujours à l’affut de nouvelles opportunités et de marché prometteur, l’Afrique offrant un immense potentiel encore à explorer.

Important carrefour d’échanges commerciaux, le Maroc se présente comme le fer de lance pour un partenariat prometteur entre la première puissance économique mondiale et l’Afrique, une statut qui se renforce davantage à l’heure de l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale, un pas de géant qui s’inscrit parfaitement dans la vision de SM le Roi Mohammed VI pour une Afrique intégrée et prospère sur la base d’un nouveau modèle de co-développement inclusif, solidaire et efficient, au service du citoyen africain.

Share With:
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :