Les Marocains du Danemark commémorent l’anniversaire de la Marche Verte

Les membres de la communauté marocaine au Danemark ont commémoré, lundi à Copenhague, le 42ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, avec une conférence organisée par l’ambassade du Maroc au Danemark sous le signe “De la récupération au développement : entre action politique et réalisations économiques”.

A l’ouverture de cette rencontre, l’ambassadeur de Sa Majesté le Roi au Danemark Mme Khadija Rouissi a souligné les significations profondes de cette épopée conçue et conduite par feu SM Hassan II qui, en Roi visionnaire, a su en faire un coup de génie à plusieurs égards.

“Par son caractère pacifique d’abord, son attachement à la légalité internationale et la participation massive d’un peuple avide de liberté et résolument déterminé à parachever l’intégrité territoriale de son pays”, a-t-elle dit.

Les provinces du Sud en effet écrit des pages glorieuses de bravoure et de sacrifices, a-t-elle indiqué, rappelant à cet égard l’assemblée générale de 1956 entre Lâayoune et Smara au cours de laquelle plus de 5000 délégués des différentes tribus sahraouies ont réitéré leur attachement à la mère-patrie et leur détermination à poursuivre le combat contre le colonialisme.


Selon elle, c’est dans ce contexte que la Marche Verte a marqué un tournant décisif sur la voie de la décolonisation et une étape cruciale pour le parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume qui s’est poursuivie, avec le même élan et la même ardeur, sous le règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Les réalisations accomplies en matière des droits politiques et culturels, adossées aux réformes profondes sur les plans social et économique, ont permis au Maroc de renforcer sa position de partenaire fiable et stable dans un contexte régional en pleine ébullition, a-t-elle ajouté.

Pour Mme Rouissi, autant d’avancées ont été couronnées par le retour du Royaume à sa famille institutionnelle de l’Union africaine, la reconnaissance par la communauté internationale du caractère sérieux et crédible du plan marocain d’autonomie, le statut avancé avec l’Union européenne.

De son côté, Abdelmajid Bellaghzal, expert de la question du Sahara marocain, a livré un exposé exhaustif sur l’évolution de ce conflit artificiel monté de toutes pièces depuis sa genèse dans le contexte de la guerre froide et les développements qu’il a connus jusqu’à nos jours.


Dans ce cadre, le conférencier a mis l’accent sur l’importance d’élaborer une nouvelle approche en matière de plaidoyer pour la Marocanité du Sahara qui tienne compte à la fois de la légalité internationale et de la force juridique des documents onusiens, y compris les résolutions du Conseil de sécurité.

M. Bellaghzal, qui a animé une conférence similaire la veille à Malmö (Sud de la Suède), a cité nombre de déclarations émanant d’anciens secrétaires généraux de l’ONU ou de leurs envoyés personnels ayant tous conclu à l’inapplicabilité du référendum dans les provinces du Sud, soutenant que seule une solution politique, négociée et mutuellement acceptable est à même de mettre fin à ce conflit artificiel.

Les différents intervenants ont mis l’accent sur l’attachement des Marocains à l’intégrité territoriale de leur pays et leur mobilisation constante et infaillible derrière Sa Majesté le Roi pour accompagner les efforts de développement à l’œuvre dans le Royaume.