Marrakech abrite la 8è Conférence Ministérielle du Dialogue 5+5 sur la Migration et le Développement

Dialogue 5+5 sur la Migration

Les travaux de la 8-ème Conférence Ministérielle du Dialogue 5+5 sur la Migration et le Développement se sont ouverts, lundi à Marrakech, en présence des ministres des Affaires Étrangères des pays de la Méditerranée Occidentale, ainsi que des représentants des organisations internationales et régionales.

Présidée par le Royaume du Maroc, cette 8è Conférence vise à définir un cadre d’action global, consensuel et équilibré en Méditerranée Occidentale portant sur la question migratoire dans ses différentes dimensions, notamment le lien entre la migration et le développement, la migration régulière et la mobilité, l’intégration des migrants et la préservation de leurs droits, ainsi que la lutte contre le trafic des migrants et la traite humaine. Une bonne gouvernance de la migration à l’échelle sous-régionale et régionale repose sur une coopération et une coordination politiques étroites entre les pays du Dialogue 5+5 autour d’un projet : celui de la création d’un espace de gestion humaine et ordonnée des flux migratoires fondé sur la responsabilité partagée.

C’est dans ce cadre que cette conférence ministérielle ambitionne aussi d’initier une approche consensuelle des questions migratoires à travers la recherche de convergences au sujet de l’interdépendance entre la migration et le développement. Cette démarche devrait se fonder sur une réflexion commune des États du Dialogue 5+5, l’identification des actions conjointes réalistes et réalisables ainsi qu’une véritable coopération dans les différents domaines liés à la migration.

Cette coopération pourrait prendre la forme, notamment d’actions opérationnelles conjointes, d’un dialogue régulier et d’une concertation effective entre les instances nationales concernées, le partage des meilleures pratiques sur les aspects positifs de la migration, le développement des solutions technologiques capables d’améliorer la collecte, l’analyse et la gestion des données en la matière, la mise en réseau de ces plateformes et leur inclusion dans le travail de coordination en impliquant la société civile de la Méditerranée occidentale.

Afin de permettre la définition et l’appropriation d’un modèle méditerranéen pour des migrations ordonnées, sûres et régulières, la société civile devrait y contribuer activement en ayant une voix au chapitre. C’est dans cette perspective qu’une rencontre dédiée à l’échange des bonnes pratiques se tiendra en amont de la conférence ministérielle.


Inscrite dans le cadre du multilatéralisme de proximité, cette séquence sera l’occasion de présenter les initiatives-modèles conçues par des acteurs issus de la société civile de chacun des pays du Dialogue 5+5, sélectionnées en fonction de leur impact positif et de leur contribution effective à la gestion harmonieuse du phénomène migratoire en lien avec le développement durable.

La sélection d’initiatives-modèles par chaque pays doit également permettre d’enclencher une réflexion plus large sur le développement des compétences et la professionnalisation du nexus migration-développement à travers l’émergence de métiers de la migration.

Les travaux de cette conférence seront sanctionnés par l’adoption par les Ministres des affaires étrangères d’une Déclaration portant des messages politiques, permettant d’ouvrir la voie à l’élaboration d’un plan d’action de la Méditerranée occidentale sur la migration et le développement, fondé sur les principes d’une gestion humaine et ordonnée de la question migratoire et de la responsabilité partagée.

Le Dialogue 5+5, créé en 1990, est un forum sous régional qui constitue une des premières initiatives fructueuses entre des pays méditerranéens. Il regroupe les dix pays de la Méditerranée Occidentale, à savoir : le Maroc, l’Algérie, la Libye, la Mauritanie, la Tunisie, l’Espagne, la France, l’Italie, Malte et le Portugal.


Outre les réunions ministérielles, le dialogue 5+5 est devenu une initiative inclusive en impliquant des acteurs à plusieurs niveaux, telles les institutions européennes et l’Union pour la Méditerranée, mais aussi en s’élargissant progressivement vers de nouveaux acteurs (parlement, conseils économiques et sociaux…), ainsi que la société civile.

La dernière réunion des Ministres des affaires étrangères du Dialogue 5+5 a eu lieu à la Valette, Malte les 17 et 18 janvier 2019, rappelle-t-on.