Masques: le gouvernement conseille aux entreprises d’avoir un stock de 10 semaines

Masques

Le gouvernement français a recommandé, lundi, aux entreprises de constituer un stock préventif de masques pour “faire face à une résurgence potentielle de l’épidémie” du nouveau coronavirus, dans le sillage de l’augmentation “inquiétante” du nombre de contaminations ces derniers jours.

L’exécutif veut que les entreprises se dotent d’un “stock préventif de masques de protection de 10 semaines” pour pouvoir affronter une éventuelle résurgence de l’épidémie, selon une note adressée aux employeurs, relayée par les médias de l’hexagone.

Le gouvernement souligne la nécessité pour les employeurs de veiller collectivement à disposer, dans la durée, des équipements nécessaires à la protection des salariés pour assurer la continuité des activités, relève la note, signée notamment par les ministres de la Santé et du Travail.

“En cas de reprise épidémique, les besoins pourraient être renforcés et atteindre plusieurs centaines de millions de masques par semaine”, rappelle la note.

Il recommande aussi “d’évaluer le stock en prenant en compte les situations dans lesquelles le respect de la distanciation physique d’un mètre entre deux personnes ne peut être garanti”, relève le texte, ajoutant que “l’employeur peut également décider de généraliser le port collectif du masque au sein de l’entreprise”.


Les autorités sanitaires ont alerté samedi d’une “nette augmentation” de la circulation de Covid-19, avec 1.130 nouvelles contaminations enregistrées entre jeudi et vendredi derniers, dépassant ainsi le seuil du millier pour le deuxième jour consécutif et retrouvant un niveau comparable à celui de la fin du confinement.

Quelques jours auparavant, le Conseil scientifique, instance mise en place pour éclairer l’exécutif français dans la gestion de la crise sanitaire du nouveau coronavirus, s’était inquiété de la possibilité d’une deuxième vague de Covid-19 en France à l’automne, au moment où le ministre de la Santé a mis en garde contre un “relâchement” des Français depuis le début du déconfinement en mai dernier, faisant état de “signes inquiétants” de reprise de l’épidémie dans certains endroits du territoire national.

Dans ce contexte, le port du masque de protection est devenu obligatoire depuis lundi dernier dans tous les lieux clos recevant du public sur l’ensemble du territoire français, afin de lutter contre l’épidémie. Tout contrevenant risque une amende de 135 euros.