Match EST-WAC : l’affaire se politise

Match

Par Khadija Skalli

La décision du comité exécutif de la Confédération africaine de football de rejouer le match retour de la finale de la ligue des champions d’Afrique en terrain neutre entre le Wydad de Casablanca et l’Espérance de Tunis se politise. La France s’en mêle. Son Ambassadeur en Tunisie se fait l’avocat de l’équipe tunisienne.

 Le verdict de la Confédération africaine de football est tombé comme un couperet. Cette instance du football africain a décidé mercredi dernier de rejouer le match retour de la finale de la Ligue des champions d’Afrique entre l’Espérance de Tunis et le Wydad Casablanca sur un terrain neutre. Une décision prise suite à la « mascarade arbitrale » qu’a connue cette rencontre sportive.

« Les conditions de jeu et de sécurité n’étaient pas réunies lors du match retour de la finale de la Ligue de champions de la CAF, empêchant le match d’arriver à son terme. En conséquence, le match retour devra être rejoué sur un terrain en dehors du territoire tunisien », a déclaré le conseiller du président Hédi Hamel. Et de poursuivre : « L’Espérance sportive de Tunis devra restituer au secrétariat général de la CAF le trophée et les médailles décernés dès notification officielle de la présente décision ».

Cette décision a suscité étrangement la colère de l’ambassadeur de France à Tunis. Le diplomate, en principe lié par le droit de réserve, s’est exprimé sur sa page Facebook, prenant la défense de l’équipe tunisienne.


→ Lire aussi : Le président de la CAF interrogé par les autorités françaises

«Ce matin, l’ami Tarek, le seigneur de Dar Kamila, est franchement en colère. Noeud papillon de l’Espérance autour du cou, il est très heurté, en tant que tunisien, par la décision de la CAF… Je m’associe pleinement à son témoignage, pour avoir été présent avec lui ce soir là, avoir constaté dans l’enceinte du stade et en dehors, la qualité du maintien de l’ordre, le travail exemplaire des forces de sécurité tout comme la conduite bienveillante du public. Dire que la Tunisie n’est pas sûre, c’est un mauvais et très injuste procès », s’indigne-t-il.

Le diplomate français verse dans la polémique en déclarant que « Obliger les Sang et Or à rejouer une finale gagnée chez eux et à le faire en « terrain neutre » comme si Tunis n’en était pas digne, c’est une offense faite à la souveraineté territoriale d’un grand club de football ».

Ensuite, le post du diplomate a été supprimé de la page facebook peu de temps après sa publication. Le ministère français des Affaires étrangères serait-il derrière ce retrait ?


La réaction de l’Ambassadeur de France en Tunisie est sur la même longueur d’onde que celle exprimée par le premier ministre tunisien. Sur sa page facebook, Youssef Chahed a loué les forces de sécurité de son pays. Selon lui, « ils sont un exemple à suivre dans le monde ».

« Celui qui met en doute la sécurité en Tunisie, doit assumer sa responsabilité. Salutations aux supporters de l’Espérance pour leur discipline lors de ce dernier match », a-t-il écrit.

Sans doute, cette affaire connaîtra d’autres rebondissements dans les prochains jours. A suivre !