A LA UNEMaroc

Merci Majesté pour L’Oriental Marocain renaissant

Par Taoufiq Boudchiche*

L’Oriental marocain, serait-ce utile de présenter cette belle et importante région du Royaume ? Elle a bénéficié depuis le discours Royal énoncé à Oujda en 2004, lors d’une visite royale qui reste dans les annales de la Région, d’un vaste chantier de réhabilitation, de restructuration et de mise à niveau de l’économie régionale, baptisé l’Initiative Royale pour le Développement de l’Oriental.

La Région est désormais en situation d’accueillir les grands projets industriels d’avenir. Mais l’Oriental, une terre aux multiples visages mérite,  en l’occasion de la fête du Trône, d’être remise en perspective à travers ses atouts valorisés par une vision royale généreuse qui a transformé la Région en nouveau pôle de développement euro-méditerranéen.

L’Oriental, Terre attachante, située à l’Est du Royaume, elle couvre, selon la monographie officielle, 88.681 km2, ce qui représente 12,9% environ du territoire national et équivaut à la superficie de l’Autriche ou la Corée du Sud. L’Oriental, cette région aux multiples atouts naturels  qui, de Nador au Nord  du Royaume, doté de son nouveau joyau balnéaire de Mar Chica réhabilitée, en passant par Saïdia, jusqu’à sa frontière Sud où se distingue la ville Oasis de Figuig, enchante par ses territoires aux multiples biotopes. Ceux  jouxtant les rives de la Méditerranée, traversant les montagnes des Beni Snassen, s’étendant sur les plaines des Angads et jusqu’aux zones oasiennes du Sud abritent populations, cultures et  coutumes millénaires et authentiques mais ouvertes sur le Monde par choix et vocation naturelle.

L’Oriental, Terre de peuples et de tribus authentiques libres, diverses et solidaires dans l’épreuve à l’instar de celles issues des montagnes du Rif oriental, des Béni Snassen, des plaines d’Aïn Sfaa ou des plateaux continentaux d’Aïn Beni-Mathar,  et des 7 Ksour de Figuig …

L’Oriental, Terre de cultures authentiques qui participent aux valeurs universelles de l’humanité, de coexistence, de tolérance  comme le Royaume en possède le secret : Festival international du Rai, Festival de la musique Reggada, Festival international d’Imerquane de Nador… Terre des sons harmonieux et rythmés du Bendir maniés avec art et maestro par des troupes bien en couleurs d’El-Arfaa, qui égayent les joyeuses occasions célébrées aux fins fonds des terroirs d’Aghbal, de Taourirt, d’Ahfir et de Berkane.

L’Oriental, Terre d’hommes et de femmes valeureux en temps de guerre et en temps de paix. L’Oriental, est cette terre de résistants et de patriotes quand la nation est menacée. Historiquement, La première Région sur le « front de l’Est » contre ceux des premières luttes conduites par les tribus locales. Armées, de convictions, de piété et de courage plus que d’armes élaborées, les tribus mobilisées, souvent sous les monarques de l’époque repoussaient  vaillamment les armées impériales en provenance de l’Est ;  des troupes ottomanes aux troupes coloniales de Lyautey…la mémoire des faits d’armes de ces tribus de la résistance est inscrite dans l’histoire locale et régionale.

L’Oriental, Terre de mémoires et de martyrs, celle de la lutte pour l’indépendance dont les noms des résistants continuent d’imprégner la mémoire collective parmi les plus prestigieux d’entre eux et de ceux et celles des familles qui ont connu le sacrifice de leur père, frère et parfois sœur du fait de leurs actes de résistance.

→ Lire aussi : En appelant l’Algérie au dialogue, SM le Roi veut “construire un avenir de paix et de concorde” dans la région

L’Oriental, Terre d’accueil et de refuges des luttes africaines,  Boumediene, Bouteflika, Nelson Mandela, y ont été accueillis et y ont trouvé refuge, protection et solidarité.

L’Oriental, terre des utopistes et des révolutionnaires comme Omar Benjelloun…Terre de généraux  parfois égarés…qui abrite leur dernière demeure.

L’Oriental, Terre des grands serviteurs de la Noble Monarchie Alaouite, dont les noms sont évoqués avec le respect qui leur est dû dans tout le Royaume : Familles des Ssi Naceur, Osman, Meziane Belfkih,  Zoulikha Nasri, et bien d’autres…moins connus et non moins méritants.

L’Oriental terre de savoirs et de connaissances. Lycées, collèges et universités continuent de distinguer cette Région dans les classements nationaux et internationaux. Elle abrita la première école moderne du Royaume,  la célèbre et non moins discrète école Sidi Ziane à Oujda qui ouvrit ses portes en 1907 où notamment, le Président Bouteflika et autres grands hauts cadres du Royaume, firent leurs classes primaires. Aussi, où fut érigé le premier lycée moderne marocain, le « lycée Omar Ibn Abdelaziz » d’Oujda dont ont été issus de grands commis de l’Etat.

L’Oriental, Terre de culture industrielle. Les friches industrielles et minières à Jerada, Touissit, Sidi Boubker, Mines encore actives à Bouarfa et dans la Région…, Industries agroalimentaires à Berkane, Industrie du fer et de l’acier à Nador, témoignent d’un passé prospère qui n’attend que sa valorisation.

L’Oriental, Terre de piété et de culture soufie. Villes, villages et communes rurales les plus isolées sont emplies de la mémoire des Saints qui ont voué leur vie à diffuser et préserver le message coranique ; De nombreux  Saints aux noms vénérés par les populations locales qui n’hésitent pas jusqu’à aujourd’hui de visiter leur mausolée à la recherche de spiritualité, de renforcement de la foi et d’apaisement à leurs âmes. Un tourisme spirituel émerge dans la Région. Saints Juifs, dont la Région garde en mémoire des traces importantes dans plusieurs villes et villages de la Région (Debdou, Oujda, Ahfir, Figuig …),   sont également respectés dans leurs sanctuaires et célébrés à plusieurs occasions annuelles, notamment, par la diaspora juive marocaine

L’Oriental, Terre  meurtrie par l’absence d’un Maghreb, sujet aux aléas diplomatiques « irrationnels et chaotiques » du voisin de l’Est.  Frontières fermées, familles séparées, rêves de  l’unité brisée plus d’une fois. L’Oriental, Terre d’émigration et aujourd’hui d’immigration. Une diaspora nombreuse demeurant fidèle aux terres natales, elle redonne vie à la Région dès les premiers jours printaniers à l’occasion des vacances et retrouvailles familiales.

2004, un Discours Royal historique et Sa Majesté Mohammed VI redonne l’espérance à l’Oriental.

Initiative Royale de Développement de l’Oriental lancée en avril 2004, Haute sollicitude et nombreuses Visites Royales en début de règne et voilà l’Oriental, remobilisé, restauré et renaissant.

Peu d’années plus tard, rien n’y manque plus comme dans un rêve. Un miracle Royal, une performance et un exemple de développement territorial. Nouvelles autoroutes, nouvelles zones industrielles, nouveaux grands ports euro-méditerranéens,  nouvelles zones touristiques, nouveaux pôles de savoir, de formations et  de santé, nouvelles facultés de médecine et nouveau CHU, rénovations urbaines du Nord au Sud. Mise à niveau, l’économie régionale dispose aujourd’hui de nombreux atouts pour accueillir investisseurs, starts-up et industries d’avenir.

Un développement fondé sur un modèle « d’intelligence territoriale » de très haute facture que les experts de l’aménagement du territoire rencontrés à travers le Monde observent avec admiration : Agropole à Berkane, pour valoriser un terroir fertile et généreux et aussi la première zone agricole irriguée du Royaume ; Technopole à Oujda, doté d’une clean tech et mitoyen à un campus du savoir, pour faire de la capitale administrative régionale une zone d’investissements attractifs ;  Technopark industriel à Sélouane à proximité de la ville portuaire de Nador, laquelle voit s’ériger par ailleurs pour la première fois de son histoire également une nouvelle gare ferroviaire ;  Réputée pour ses populations travailleuses et industrieuses, le teknopark industriel vient  renforcer ainsi la  vocation commerciale et industrielle de la Province de Nador ; Création de la première station touristique du Plan Azur à Saïdia, la  Station « Méditrerranea-Saïdia » édifiée avec goût et élégance à Saïdia, une ville balnéaire de choix ; Réhabilitation de la Lagune de Mar Chica en nouvelles zones éco-touristiques de premier plan ; Nouvel axe ferroviaire entre Nador et Taourirt, reliant Nador au réseau ferré national ; Nouvelle Gare routière multimodale à Taourirt, carrefour routier et multimodal entre l’Oriental et le reste du Royaume ; Nouveau complexe portuaire Nador-West Med, de classe mondiale, en cours d’installation, sur la baie de Betoya, une baie naturelle en eaux profondes, située entre les villes de Nador et d’Al Hoceima, complétant avec le complexe Tanger-Med le développement de la façade méditerranéenne du Royaume ; Rénovation urbaine du réseau des villes, de l’Oriental ; Projets structurants en faveur du développement humain, social et de la lutte contre la pauvreté, dans le cadre, notamment de l’INDH.

Serait-il également utile, à l’occasion de cette présentation, d’indiquer que l’Initiative Royale pour le Développement de l’Oriental dote le Royaume d’une nouvelle approche du développement territorial, qui fait basculer le Maroc d’une approche traditionnelle, héritée de la colonisation,  qui centrait les projets de développement sur sa façade atlantique, autour de l’axe « Tanger-Kénitra-Casablanca-Agadir » vers la valorisation de sa façade méditerranéenne. Le  rééquilibrage stratégique du développement du Royaume sur l’axe méditerranéen, long de 500 kms,  de « Tanger-Méditerranée à Saïdia », à la faveur d’une vision royale ambitieuse, notamment, par l’établissement de complexes et d’infrastructures, de classe mondiale, représente un saut qualitatif visionnaire et fait entrer le Royaume dans le 21° siècle grâce à une vision royale ambitieuse et par la volonté politique de Sa Majesté.

Merci Majesté,  vous avez plus que comblé de votre Haute Sollicitude Royale les populations de l’Oriental.

Désormais, cette Région scrute l’avenir  avec confiance, sérénité  sans complexe, pleinement intégrée, au reste du Royaume.

*Economiste, ancien haut cadre de l’Agence de l’Oriental

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page