ban600

Mettre en œuvre et coordonner la politique belge de développement, nouvelle mission d’ “Enabel”

Mettre en œuvre et coordonner la politique belge de développement, nouvelle mission d’ “Enabel”

La mission de "Enabel", nouvelle appellation donnée à la coopération Technique Belge (CTB) depuis le 1er janvier 2018, est de mettre en œuvre et de coordonner la politique belge de développement, a indiqué vendredi l'Agence.

Le changement de ce nom et l’élargissement de la mission de l’Agence belge de développement s’inscrivent dans une des plus "importantes" réformes de la Coopération belge au développement, souligne l'Agence dans un communiqué, notant que "Enabel" est une variante "belge" du verbe anglais "to enable", mais avec la terminaison "bel".

"Enable signifie en effet permettre, faciliter, autonomiser (empower). Et c’est précisément ce que fait l’Agence belge de développement : accompagner ses partenaires dans la mise en place des fondements nécessaires pour que le développement durable devienne une réalité", précise la même source.  S'agissant du statut, "Enabel" demeure une société anonyme de droit public à finalité sociale. Tous les contrats et conventions conclus par la CTB et tous les engagements pris restent d’application, indique "Enabel" qui se voit "confier une plus grande autonomie, plus de compétences et un mandat élargi".

En outre, l’agence peut aussi rechercher activement des missions et des financements auprès d’autres donateurs, qui accompagnent et renforcent la politique étrangère de la Belgique. En tant qu’entreprise sociale, "Enabel" est un partenaire "attractif" dont la visions est d’œuvrer à la création d’un monde durable où "les femmes et les hommes vivent dans un État de droit et ont la liberté de prendre le contrôle de leur propre vie", lit-on dans le communiqué.

>>Lire aussi : La Libre Belgique: « Le Maroc adopte une vision solidaire de la migration intra-africaine »

"Cela fait vingt ans que la Coopération Technique Belge a été créée. Une époque où il n’y avait pas de smartphones, le Wifi n’existait pas et personne ne se souciait de la digitalisation", constate l'Agence. Entretemps, poursuit-on, le monde a évolué, et les Objectifs du Millénaire ont cédé la place aux Objectifs de développement durable : 17 objectifs adoptés par les dirigeants du monde en septembre 2015 lors d’un Sommet historique des Nations Unies pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous.

Dès lors, la Belgique, "comptant bien demeurer un partenaire significatif pour le développement", a réformé sa politique de développement, relève-t-on, ajoutant que le gouvernement belge ambitionne de mieux aligner sa politique de développement sur l’Agenda 2030 pour le développement durable et les Objectifs de développement durable. La politique belge de développement cible son action sur la croissance économique "inclusive" et les droits humains, tout en accordant une attention particulière aux droits des femmes et des enfants, à la digitalisation, selon la même source.

Depuis 1965, la Belgique accompagne les stratégies nationales du Maroc dans des domaines aussi prioritaires que la santé, l’éducation, la formation professionnelle, l’eau et l’assainissement, ou encore l’agriculture. En 2018, Enabel élargira son champ d’action à de nouveaux domaines tels que les droits des femmes et des enfants, la migration, l’entreprenariat des jeunes ou le renforcement des compétences des fonctionnaires en matière de digitalisation. L’agence offrira également son expertise à d’autres bailleurs pour renforcer l’impact de la coopération belge, dans des missions de service public touchant aux Objectifs de développement durable.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :