Microsoft: La technologie est le chemin le plus court pour aider les directeurs financiers à mieux agir

La technologie s’est avérée être le chemin le plus court pour aider les directeurs financiers à mieux agir et avec davantage de confiance, a relevé Tarik Bouarfa, directeur financier pour les marchés émergents du Moyen-Orient et de l’Afrique chez Microsoft.

“Chez Microsoft, nous avons toujours eu pour objectif de travailler à aider nos clients à se transformer numériquement. Qu’il s’agisse d’augmenter des revenus ou d’allouer des ressources, la technologie s’est avérée être le chemin le plus court pour aider à mieux agir et avec davantage de confiance”, a écrit M. Bouarfa dans un article intitulé “Redéfinir en profondeur le rôle des directeurs financiers à l’ère de la COVID-19”.

En adoptant la notion d’intensité technologique qui correspond au taux d’adoption des technologies par les organisations et à leur capacité à développer leur propre capacité numérique, a-t-il dit, nous encourageons plus que jamais les directeurs financiers à prendre des risques, mais aussi à apprendre et à former les autres et, par conséquent, à se sentir suffisamment à l’aise pour faire face aux changements subits et soudains, comme cela fut le cas dans le contexte actuel de la COVID-19.

Il a fait observer qu’à l’heure où les entreprises, tous secteurs confondus, sont puissamment impactées par les effets de l’épidémie de la COVID-19, de nouveaux défis et de nouvelles réalités s’imposent plus que jamais. Ces défis et ces nouvelles réalités ont contribué à placer la technologie au centre de toutes les décisions et solutions à apporter.


Les revers subis par les entreprises à la suite de la pandémie de la COVID-19 n’ont jamais été aussi importants, a-t-il poursuivi, notant que l’impact sur la trésorerie de milliers d’entreprises à travers le monde a été sans précédent, et beaucoup d’entre elles n’ont pas réussi à survivre à cet état de fait.

Dans ce contexte, les directeurs financiers et les équipes financières ont été amenés à travailler d’arrache-pied pour tenter d’atténuer les effets de la crise sur leurs entreprises, a précisé le responsable, ajoutant que leur priorité était d’assurer la sécurité et la protection des employés, mais aussi des fournisseurs et des principales parties prenantes. Pour y parvenir, ils ont été contraints d’évaluer les liquidités de leurs entreprises et de tenter, au maximum, de conserver ces liquidités, tout en sollicitant de nouveaux investisseurs.

Et de poursuivre: “Pour les entreprises qui ont réussi à transcender les différents blocages liés à la crise et à survivre jusqu’à la phase de reprise, une nouvelle réalité s’est imposée. Cette réalité se rapporte à une nouvelle manière de penser l’entreprise et d’en améliorer l’agilité. Tirant les leçons de ces mois agités, les directeurs financiers doivent désormais intégrer la rapidité et la flexibilité dans leurs processus, tout en améliorant l’efficacité de leurs systèmes de prévision, de planification et d’allocation des ressources. Ils doivent de fait intégrer de nouveaux outils et de nouveaux protocoles de prise de décision dans leur travail quotidien”.

Reconstruire les opérations commerciales


Alors que les entreprises commencent à discuter d’un éventuel retour de leurs employés aux bureaux physiques, elles commencent de plus en plus à envisager le travail à distance et les environnements de travail hybrides comme étant de nouvelles normes, a fait remarquer M. Bouarfa, ajoutant que, même à l’issue de la crise actuelle, les employés continueront à travailler à distance en utilisant les outils technologiques nécessaires et que les entreprises devront donc investir de manière significative dans l’engagement d’une nouvelle main-d’œuvre et dans la formation de nouvelles compétences.

Dans ce contexte, les directeurs financiers des entreprises sont invités à se passer des coûts fixes et à adopter des coûts variables qui s’appuient sur des modèles “as a service”, à l’instar de Microsofts Azure SaaS, PaaS and IaaS, a souligné M. Bouarfa.

Revoir les process prévisionnels afin d’améliorer la prise de décision

“Il y a douze mois de cela, personne n’aurait pu prévoir qu’une pandémie mondiale allait voir le jour et que ses ramifications seraient aussi funestes pour l’économie mondiale”, a indiqué le responsable, précisant que “bien que de nombreuses prévisions et projections de scénarios catastrophes aient été opérés auparavant, elles n’ont toutefois jamais réussi à envisager un jour qu’une pandémie pouvait avoir un tel impact”.


A l’ère de la “finance moderne” les directeurs financiers se doivent plus que jamais d’adopter des méthodes d’analyse qui soient encore plus avancées et qui soient capables de les aider à passer d’une analyse rétrospective à des prévisions encore plus précises et à des recommandations qui soient davantage orientées vers l’avenir.

L’apprentissage automatique est un outil puissant qui permet de prédire les résultats et de gérer les risques, a affirmé le directeur, notant que certains solutions informatiques telles que Cortana Intelligence suite , qui reposent sur une transformation des données recueillies en informations exploitables, permettent aux entreprises de garder une longueur d’avance par rapport aux situations susceptibles de survenir. “Identifier les domaines dans lesquels l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique doivent être intégrés dans les modèles de prévision et de prédiction ne peut que contribuer à la prospérité de tout système financier”, poursuit M. Bouarfa.

“Il est également nécessaire que les directeurs financiers commencent à concevoir des contre-mesures efficaces de prévision de stress lié à la liquidité dans le cadre d’une stratégie solide de résilience financière. Des solutions telles que Dynamics 365 Finance permettent aux directeurs financiers d’automatiser et de moderniser les opérations financières qu’ils réalisent, mais aussi de surveiller les performances de leurs entreprises en temps réel, de prévoir les résultats futurs de celles-ci et d’offrir aux équipes la possibilité de prendre des décisions qui soient fondées sur des données destinées à stimuler la croissance de l’entreprise”, a-t-il enchaîné.

Exploiter à fond la technologie afin d’atténuer les risques et de gérer efficacement les imprévus


Les directeurs financiers continueront à être confrontés à une palette de risques sans cesse plus importants et ce en raison de plusieurs facteurs liés par exemple aux troubles géopolitiques, aux réformes réglementaires, à l’instabilité des marchés ou aux cybermenaces… Cependant, et pour pouvoir entrer pleinement dans l’ère de la finance moderne, il faudra dépasser la simple anticipation des risques financiers traditionnels, a-t-il préconisé.

Il a, dans ce sens, indiqué que la virtualisation de la main-d’œuvre et le travail à distance sont en train d’accroître massivement la vulnérabilité des entreprises face aux cyber-risques, qui se retrouvent ainsi de plus en plus exposées aux vols de données, aux logiciels contre rançon et à de nombreuses autres attaques.

Le licenciement de membres du personnel et la réduction des coûts fonctionnels pourraient également accroître la vulnérabilité des entreprises en raison des défaillances pouvant y survenir à cause d’un personnel débordé, désengagé ou démotivé. Enfin, les entreprises pourraient être amenées à revoir en profondeur leurs processus d’audit interne et y intégrer davantage d’outils technologiques d’analyse des données dans l’évaluation des risques.

En exploitant efficacement la puissance du cloud, les directeurs financiers pourront créer des systèmes et des outils d’alerte précoce qui leur permettront de gérer les risques de manière proactive. En utilisant par exemple les solutions Azure stack , les directeurs financiers seront en mesure d’édifier une plateforme d’analyse des risques qui permet une couverture complète de l’ensemble des transactions opérées, a-t-il noté, relevant que cette plateforme bénéficie de capacités d’apprentissage automatique entièrement prédictives qui établissent un processus d’examen systématique avec focalisation sur les transactions à haut risque.


“Les directeurs financiers continueront à faire face aux défis les plus importants et à tenter de prendre les meilleures décisions pour leurs entreprises, leurs équipes ou leurs clients. Dans les mois qui viennent, nous verrons de nombreuses entreprises s’adapter aux nouvelles réalités qu’imposent les temps incertains que nous traversons. Chez Microsoft, nous encourageons de telles initiatives et nous continuerons à le faire, tout en développant des technologies qui permettent aux directeurs financiers et aux entreprises de fonctionner encore plus efficacement”, conclut M. Bouarfa.

Avec MAP