Midelt accueille le 1er forum de l’investissement dans la filière pommier

pommier

Le 17 décembre prochain se tient à Midelt le 1er Forum de l’investissement dans la filière pommier.

Organisé par la province de Midelt, le Ministère de l’agriculture de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, la Chambre Régionale de l’Agriculture, et le conseil provincial de Midelt, cette journée réunit plus de 300 participants autour de la filière pommier, son importance et les opportunités de l’investissement dans cette filière.

Destinée principalement aux investisseurs nationaux et locaux, ce Forum vise à présenter les opportunités de l’investissement dans la filière pommier, exposer des business modèles qui ont réussi soit localement soit au niveau national ou international, soutenir l’investissement et créer des offres d’emploi pour les jeunes.

Les potentialités du secteur pommier dans la Région de Draa-Tafilelt

Le pommier s’étend sur une superficie de 17 450 ha représentant 65% de la sole plantée en arboriculture fruitière, avec une production moyenne annuelle de 400 000 tonnes. Il s’agit d’une culture à haute valeur ajoutée, estimée à 50.000 dirhams par hectare.


Le secteur du pommier a ainsi un rôle socio-économique substantiel pour la région.  Bénéficiant du soutien de l’État dans le cadre du Plan Maroc Vert,  il fait en effet office de secteur générateur d’emploi, avec une genèse de 2.24 millions de journées de travail et réalise un chiffre d’affaires de 1.17 Milliards de dirhams.

Il offre de ce fait une source de revenu au profit de 60 000 personnes et procure d’importantes opportunités d’investissement, en l’occurrence au niveau de l’amont de la filière notamment en ce qui concerne la reconversion de la céréaliculture en arboriculture fruitière, et à l’échelle de l’aval en termes de commercialisation et entreposage des fruits.

Contraintes du secteur pommier dans la Région

 Cependant, le secteur de la pomme est confronté au problème quasi-transversal de la commercialisation et au grand nombre d’intermédiaires, ce qui impacte négativement le revenu des agriculteurs. La production abondante a comme corollaire la baisse des prix. Ce qui prive les pommiculteurs de revenus potentiellement considérables.


Par ailleurs, la commercialisation de la pomme demeure quasi-rudimentaire et précaire. En effet, la plupart des agriculteurs procèdent à la vente sur pieds, avec des prix relativement dérisoires. Le nombre d’unités frigorifiques destinées au stockage de la pomme au niveau régional demeure également insuffisant,  ce qui est contraignant à une commercialisation échelonnée. A noter que la quantité stockée ne dépasse guère 22 % de la production annuelle.

L’industrie de la transformation de la pomme en dérivés (vinaigre et jus) demeure encore anormalement faible, puisque l’on compte deux unités avec une capacité de traitement inférieure à 100 tonnes.

Aussi à travers ce premier forum de l’investissement dans la filière pommier, les organisateurs ont pour objectifs d’augmenter la capacité de stockage et de conservation de la pomme au niveau régional et d’intégrer les industries de transformation de la pomme.

Pour cela, un programme chargé en rencontres ponctuées par des expositions et des démonstrations et ateliers thématiques de formation et de sensibilisation est prévu au profit des agriculteurs, des investisseurs et des jeunes de la région.


Axé sur l’encadrement et le soutien de l’investissement agricole dans la filière pommier selon les recommandations du forum national de la pomme de Midelt, le programme des ateliers prévoit trois thèmes principaux à savoir un sur l’agriculture solidaire destiné aux agriculteurs et aux coopératives, l’intégration des jeunes et la promotion des investissements.

Les participants au 1er Forum de l’investissement dans la filière Pommier :

La province de Midelt ; le conseil provincial ; le Centre régional de l’investissement ; la direction provinciale de l’agriculture ; le Centre régional de l’investissement agricole de Tafilalt ; l’Agence nationale de développement des zones oasiennes et de l’arganier ; l’Institut national de la recherche agronomique ; l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires ; l’Office nationale de du conseil agricole ; la Direction de développement des filières de production du département de l’agriculture ; l’Agence pour le Développement Agricole ; les agences du bassin hydraulique ; la chambre hydraulique de la région Daraa Tafilalet ; et le Crédit Agricole du Maroc.

L’Office national de conseil agricole en chiffres


  • 12 villages itinérants organisés à travers plusieurs régions au Maroc ;
  • 3458 agriculteurs bénéficiaires ;
  • Près de 103 conseillers agricoles mobilisés pour l’animation technique du village ;
  • 97 thématiques techniques de conseil agricole ;
  • 70 voyages encadrés au profit des agriculteurs provenant des différentes régions du Royaume.