Militaires tués au Mali: Les corps rapatriés en France

militaires français

Les corps des 13 militaires français tués dans la collision de deux hélicoptères lors d’une opération anti-djihadiste, lundi dernier au Mali, ont été rapatriés en France, a annoncé dimanche l’état-major des armées.

L’heure était au “temps des familles” avant l’hommage national qui sera rendu aux victimes, lundi aux Invalides à Paris, sous la présidence du chef de l’Etat Emmanuel Macron, a déclaré le porte-parole de l’état-major, Frédéric Barbry.

Un dernier hommage a été rendu aux 13 soldats, dons six officiers, six sous-officiers et un caporal-chef, par leurs compagnons d’armes sur la base de Gao, au Mali, avant le transfert de leurs dépouilles en France.

Ils étaient déployés dans le pays africain dans le cadre de l’opération Barkhane qui vise à lutter contre les groupes armés djihadistes dans la région du Sahel.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l’accident, qui porte à 38 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le début de l’intervention française dans ce pays en 2013.


Il s’agit du bilan de pertes le plus lourd pour l’armée française depuis l’attentat contre le quartier général français Drakkar à Beyrouth en 1983, qui avait fait 58 morts.