Les ministres de la défense de la CEN-SAD pour une bonne stratégie de lutte contre le terrorisme

Les participants à la sixième réunion des ministres de la défense de la Communauté des Etats Sahélo- Sahariens (CEN- SAD) ont souligné, vendredi à Abidjan, la nécessité de l’adoption d’une bonne stratégie de lutte contre le terrorisme qui va au-delà de l’action militaire, pour prendre en compte les dimensions politiques, économiques et sociales.

Dans un document final ayant sanctionné les travaux de cette réunion, baptisé “Déclaration de Cocody pour une lutte coordonnée contre le terrorisme et pour un développement solidaire et inclusif dans l’espace CEN-SAD”, les participants ont réitéré leur ferme attachement à la dynamique de coopération militaire et sécuritaire entre les Etats dans l’espace Sahélo- Saharien, notamment face aux groupes terroristes dans le Sahel, le bassin du Lac Tchad et en Somalie.

Ils ont aussi encouragé les Etats-membres de la CEN-SAD à intensifier la coopération régionale et internationale, en vue de déceler et de tarir les sources de revenus des organisations terroristes, tout en condamnant avec fermeté tous les actes terroristes perpétrés par des groupes criminels qui cherchent à déstabiliser les pays de cet espace.

Les ministres de la défense ont également exhorté les pays membres de la CEN-SAD à lutter contre le phénomène du mercenariat et à ne pas soutenir “les forces négatives”, et à mettre en place une coopération plus efficace entre les cellules de renseignement militaire.


Dans la foulée, ils ont encouragé les Etats membres à prendre des mesures législatives qui rendent plus difficile l’acquisition d’armes à feu dans l’espace CEN-SAD, et à harmoniser, mettre à jour et mutualiser les moyens et capacités des forces spécialisées dans la lutte contre le terrorisme.

Les ministres se sont félicités de toutes les initiatives en cours dans le Sahel en vue de la mise en place de dispositifs militaires interétatiques, dans le but de contrôler les frontières et de lutter efficacement contre le terrorisme.

Ils ont, en outre, plaidé en faveur de l’inclusion politique, économique et sociale de toutes les composantes de la société, à travers une large redistribution des fruits de la croissance, une gestion transparente des richesses nationales et une réponse efficace aux besoins prioritaires des populations.

Les participants ont souligné, également, la nécessité pour tous les Etats membres de la CEN-SAD de faire des efforts dans la fourniture et l’accès des populations aux services de base conformément aux engagements post- 2015 sur l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD), plaidant en faveur de la consolidation de la confiance entre l’Etat et les populations par la redevabilité envers les citoyens et la satisfaction du service public.


Ils ont fait part de leur satisfaction des avancées réalisées par tous les pays de la CEN-SAD sur les questions de développement solidaire et démocratie participative, tout en encourageant les pays membres à accroitre leurs programmes de création d’emplois et de renforcement du pôle éducation- formation, pour répondre aux défis démographiques et apporter des solutions efficaces aux préoccupations de la jeunesse et des femmes.

Les ministres ont, par ailleurs, appelé les pays membres de la CEN-SAD à consolider et favoriser une gestion transparente des ressources environnementale pour mobiliser les moyens indispensables à la remise au travail de la jeunesse et la mise en œuvre des chantiers de reconstruction, d’intégration et de l’émergence de l’Afrique.

Placée autour du thème “Ensemble contre le terrorisme, pour la sécurité et le développement”, cette réunion de deux jours, a permis d’évaluer la mise en œuvre des recommandations de l’édition précédente qui s’est tenue à Sharm El- Sheikh (Egypte), mais aussi d’examiner l’état d’avancement du projet de création du Centre Sahélo-Saharien de lutte contre le terrorisme.

Le Maroc a été représenté à cette réunion par le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l’Administration de la défense nationale, M. Abdeltif Loudyi, à la tête d’une importante délégation d’experts.


Créée en 1998 à Tripoli, la Communauté des Etats Sahelo-Sahariens compte actuellement quelque 28 Etats membres. Elle axe ses efforts sur le développement économique et social, la prise en compte des défis sécuritaires.