Mme Bouaida met en exergue à Bruxelles la politique migratoire du Maroc

 Mme Mbarka Bouaida, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a mis en exergue, mardi à Bruxelles, la politique migratoire adoptée par le Maroc.

Dans le cadre d’un échange de vues sur le thème “Coopération de l’Union avec des pays tiers: ambitions et résultats a l’issue du sommet de La Valette (11 et 12 novembre 2015)” organisé par la commission des Affaires étrangères du Parlement européen, Mme Bouaida, qui était accompagnée notamment de l’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Menouar Alem et de plusieurs cadres de son département, a souligné que le Royaume a adopté depuis 2013, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, une nouvelle politique migratoire qui a permis de régulariser un nombre considérable de réfugiés et de migrants.

Le Maroc a initié cette politique dans le cadre d’une approche solidaire et de responsabilité, a indiqué Mme Bouaida, relevant que le Royaume, qui a œuvré à mettre en œuvre une véritable politique d’intégration de ces migrants, perçoit le phénomène migratoire comme étant un potentiel et non pas une source de problèmes.

Le Royaume a pris cette question à bras le corps depuis plusieurs années passant d’un pays de transit à un pays d’accueil des migrants, a-t-elle ajouté, relevant que le travail continue aux niveaux législatif et réglementaire pour assurer une parfaite intégration des migrants dans le marché de l’emploi, pour accéder au logement, à la couverture médicale etc.


La ministre a affirmé que la question migratoire liée aux changements climatiques sera l’une des thématiques traitées par la COP 22, qui aura lieu en novembre prochain à Marrakech et lors du forum mondial de la migration que le Maroc organisera conjointement avec l’Allemagne en 2017-2018.

Le Maroc, a-t-elle rappelé, a initié une stratégie nationale de migration depuis 2006, qui s’est concrétisée par le processus de Rabat, ce qui avait permis une réduction de plus de 95 pc du flux de la migration irrégulière et de lancer une réflexion globale sur ce sujet, notamment l’immigration légale.

Des eurodéputés ont, par la suite, pris la parole pour souligner les efforts déployés par le Maroc dans le domaine migratoire, notant que le Royaume a donné l’exemple en adoptant une politique migratoire à visage humain.

Le député européen Gilles Pargneau a mis en relief le caractère inédit de l’expérience marocaine qui constitue, estime-t-il, « une véritable vitrine et un exemple à suivre dans la région ».


L’eurodéputée espagnole Elena Valenciano s’est, pour sa part, félicitée de l’expérience marocaine dans le traitement de la question migratoire et de la coopération exemplaire du Maroc avec l’Espagne en matière de lutte contre l’immigration clandestine.

Quant au député européen Cristian Dan Preda, il a salué la politique adoptée par le Maroc en matière d’intégration des migrants, notamment subsahariens dans le cadre d’une approche solidaire et responsable, ce qui constitue à ses yeux «un exemple inédit dans la région».

Adoptée en 2013 sur Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI, la Stratégie Nationale d’Immigration et d’Asile a été élaborée dans l’objectif d’assurer une intégration sociale réussie des migrants et réfugiés au Maroc.

Cette politique a donné lieu à la régularisation de plusieurs milliers de migrants en situation irrégulière, pour la plupart originaires de l’Afrique subsaharienne.