Mme Rouissi met en exergue les avancées réalisées par le Maroc dans le domaine des droits de l’Homme

L’ambassadeur de Sa Majesté le Roi au Danemark, Mme Khadija Rouissi, a mis en exergue, mercredi soir à Copenhague, les avancées notables et les réalisations accomplies par le Maroc dans le domaine de la protection des droits de l’Homme et de la lutte contre la torture.

“Le Maroc, qui a entamé un processus laborieux de réformes juridiques et institutionnelles depuis les années 90, a fait de la question des droits de l’Homme un choix irréversible que vient conforter la Constitution de juillet 2011”, a souligné Mme Rouissi lors d’une réception en l’honneur d’une importante délégation de magistrats, d’avocats et de hauts responsables des ministères de la Justice de quatre pays arabes, actuellement en voyage d’étude à Copenhague.

A cette occasion, la diplomate marocaine a livré un exposé sur les efforts déployés par le Royaume, sous l’instigation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en vue de consacrer les principes des droits de l’Homme, via une série de réformes juridiques profondes et de mécanismes institutionnels, dont l’Instance équité et réconciliation (IER), le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et ses commissions régionales et la Délégation interministérielle des droits de l’Homme (DIDH).

Adossés à une volonté politique sans failles, ces droits ont été pleinement consacrés par la Loi fondamentale, qui confirme l’adhésion du Maroc à l’ensemble des droits de l’Homme prévus dans la déclaration universelle des droits de l’Homme et son engagement à harmoniser ses législations avec les dispositions des conventions internationales y afférentes, a-t-elle relevé.


Aussi, a-t-elle rappelé, la ratification par le Royaume du Protocole facultatif à la Convention internationale contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, adoptée sous l’impulsion des Nations unies dans le but d’empêcher la torture partout dans le monde, saluant au passage l’engagement de tous les intervenants à élucider les cas de torture et des violations graves des droits de l’Homme.

“A la veille de la Journée internationale de la femme (8 mars), nous réfléchissons avec l’Institut danois de lutte contre la torture +Dignity+ à travailler ensemble sur l’approche genre dans le domaine de la torture, comme on l’a fait lors des audiences publiques de l’IER, dès lors que c’est la gent féminine qui subit le plus les atrocités de ce phénomène”, a-t-elle signalé.

Un projet de partenariat est en cours d’élaboration entre le Maroc et Dignity, une ONG basée au Danemark et présente dans plus de 30 pays, portant notamment sur l’élaboration d’un guide sur la lutte contre la torture, la formation des magistrats et l’échange des expériences et des visites.

A l’invitation de Dignity, une importante délégation de magistrats, avocats et hauts responsables du Maroc (3), de Tunisie (5), de Jordanie (9) et du Liban (5) est en voyage d’étude au Danemark du 27 février au 3 mars, avec à la clé des présentations et exposés, des réunions avec des responsables danois et des visites dans des centres de détention provisoire.