Le modèle marocain en matière d’ouverture et de tolérance mis en avant à Bakou

L’ambassadeur de Sa Majesté le Roi en Azerbaïdjan, Adil Embarch, a mis en avant, mercredi à Bakou, en Azerbaïdjan, l’expérience du Maroc en tant que modèle d’ouverture et de tolérance, lors d’une conférence sur la solidarité islamique, diversité culturelle et identité nationale.

Cette conférence, organisée par l’Académie des Sciences d’Azerbaïdjan en partenariat avec la Fondation pour la Connaissance relevant du Président de la République d’Azerbaïdjan et l’Institut de Philosophie, s’inscrit dans le cadre des activités marquant l’Année de la Solidarité Islamique, proclamée par le Président de la République, Ilham Aliyev.

Dans son allocution à cette occasion, M. Embarch a mis l’accent sur l’expérience du Maroc en tant que modèle d’ouverture, de tolérance, d’Islam du juste milieu et du vivre ensemble, tout en soulignant le poids important du Royaume dans le monde musulman, grâce à la qualité de ses institutions et à leur tête l’institution du Commandeur des Croyants, incarnée par SM le Roi, Mohammed VI, garant de la sécurité spirituelle de la Oumma, de la préservation et la promotion des valeurs justes de l’Islam en tant que religion de paix.

Le diplomate marocain a également mis en exergue le rôle historique d’Al Qaraouiyine, en tant que première université au monde, mais aussi pôle du savoir religieux.


Il a aussi mis l’accent sur les réformes du champ religieux, initiées par le Souverain, qui ont concerné les aspects idéologiques de la pensée islamique, la promotion des conditions sociales et le développement des capacités intellectuelles du personnel religieux, le suivi et l’encadrement dont bénéficient les mosquées.

A cela s’ajoute la création d’institutions modernes pour la promotion de l’Islam du juste milieu et la lutte contre l’obscurantisme et l’extrémisme, a relevé M. Embarch.

Dans ce contexte, l’ambassadeur a fait part de la dimension internationale et du rôle joué par l’Institut Mohammed VI de formation des Imams, Morchidines et Morchidates, de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains et la Rabita Mohammadia des Oulémas du Maroc en tant que phares de la science et de la tolérance et institutions religieuses à dimension internationale, luttant contre l’influence des courants obscurantistes tels que Daech et Boko Haram.

Son intervention a également focalisé sur la richesse et l’unité de l’identité marocaine, une et indivisible, forgée dans la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie, qui s’est nourrie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen, comme précisé dans le préambule de la Loi fondamentale du Royaume.


Cette conférence a vu également la participation de représentants des ambassades américaine, française et égyptienne à Bakou, de plusieurs professeurs universitaires français et azerbaïdjanais, des représentants des médias en plus d’une large audience d’intellectuels et d’étudiants azerbaïdjanais.