La Modernité au cœur des débats de la 44ème session de l’Académie du Royaume du Maroc

Ce mercredi 18 janvier 2017, s’est tenue à Rabat, une conférence de presse de présentation de la 44ème session de l’Académie du Royaume du Maroc. Placée sous le thème : «  De la modernité aux modernités », elle se tiendra du 24 au 26 janvier 2017.

Plusieurs académiciens, éminents penseurs et chercheurs venus de plus de douze pays sur quatre continents prendront part à cette manifestation intellectuelle et culturelle majeure. Ils aborderont un concept d’actualité, porteur à la fois d’espoirs et de grands paradoxes : «  La modernité ».

Les travaux de de la 44ème session de l’Académie du Royaume du Maroc tenteront ainsi de cerner les contradictions de la modernité, interroger le présent à la lumière du passé et contrecarrer les amalgames entre renouveau et modernité. Cette dernière sera abordée tel un modèle idéal de promotion des individus et des sociétés dans un contexte mondialisé qui crée la confusion dans les esprits en faisant naître des sentiments d’insécurité et de doute.

Monsieur Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc, a précisé que, suite aux hautes orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, protecteur de l’Académie, L’Académie du Royaume du Maroc, poursuit son cheminement au service du rayonnement scientifique et culturel d’un plus large public. Précisant, par ailleurs, qu’elle ambitionne d’explorer le futur de l’Afrique en ouvrant de nouveaux horizons de pensées, pour faire face aux défis liés, notamment, à l’éducation et à l’enseignement. Notant que l’ère des académies assagies est révolue. Et qu’il faut maintenant miser sur le droit au développement en relation avec un savoir d’excellence.


A ce propos, Mr Abdeljalil Lahjomri a  déclaré que « notre mission s’articule autour de deux axes essentiels ; tout d’abord, une révision des textes législatifs fondateurs de l’Académie en parallèle avec la description de ce qu’est la société marocaine aujourd’hui.  Le deuxième axe concerne la relance des activités culturelles et scientifiques de l’Académie tout en lui permettant de continuer sa mission de diffusion des connaissances sous une nouvelle formule plus ouverte sur l’ensemble des études avancées des pays développés ».

« Nous avons signé un accord avec l’institut ‘’Mandela’’ en Afrique du Sud pour les études sur le développement (MINDS) pour la formation des élites africaines, un projet très important conçu à l’instar du programme européen ‘’Erasmus’’. Et pour que cet accord puisse aller dans l’action, nous avons créé la Fondation de l’Académie pour l’action culturelle comme bras exécutif qui œuvrera à concrétiser les projets de l’Académie sur le terrain» a-t-souligné.

Pour sa part, le chancelier de l’Académie du Royaume du Maroc, Mohammed Kettani, a relevé qu’elle a tenu jusqu’à présent 43 sessions dans lesquelles ont été abordées les grandes questions nationales et internationales, en particulier “Le droit des peuples à l’autodétermination”, “La piraterie et la loi onusienne”, “l’Université et la recherche scientifique” et “Le patrimoine culturel partagé entre l’Espagne et le Maroc”.

 Mme Rahma Bourqia, membre de l’Académie, a quant à elle, attiré l’attention sur la nécessité de redorer le blason de l’Académie et  garantir son rayonnement. Ajoutant que cette nouvelle orientation est de nature à repositionner l’Académie à un rang mondial.


Les débats couvriront plusieurs domaines de réflexion en lien avec la Modernité comme la religion, la pensée, la création, les dynamiques interculturelles, le droit, la pensée économique, le patrimoine et les effets de la modernité sur la question sociale.

Ainsi, la première journée de la session sera dédiée à deux conférences traitant des thématiques “La question de la modernité” et “Modernité, références théoriques et intellectuelles”, tandis que la deuxième journée sera consacrée aux thématiques “Représentations de la modernité et de la modernisation (droit et institution)” et “Modernité et patrimoine, interprétations antagonistes”.

La dernière journée intéressera, quant à elle, les thématiques “Modernité, pensée et création”, “Modernité, religion et valeurs” et “Les effets de la modernité et la question sociale”.

Créée par dahir le 8 octobre 1977, l’Académie du Royaume du Maroc est dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière, et se distingue par sa vocation multidisciplinaire et la diversité des nationalités de ses membres.


L’Académie accompagne ainsi les grandes questions contemporaines à travers différentes publications, colloques et grands événements internationaux. En 2015, la 43ème session de l’Académie du Royaume du Maroc s’est ainsi réunie sous le thème « l’Afrique comme horizon de pensée ». En 2016, l’Académie était présente lors des travaux de la COP22 à Marrakech à travers des journées scientifiques sous le thème : «  Face au changement climatique, un nouveau temps du politique ».

 Oulkhir Chaouki