Monde arabe: un grand potentiel de croissance et de faibles opportunités d’emploi

Monde arabe: un grand potentiel de croissance et de faibles opportunités d'emploi

Le monde arabe dispose aujourd’hui d’un énorme potentiel de croissance et de développement sans que cette croissance permette toutefois la création de suffisamment d’emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes, ce qui soulève de nombreuses interrogations sur cette contradiction et ses causes, au moment où des millions de jeunes devront débarquer sur le marché du travail au cours des cinq prochaines années.

Cette situation apporte son lot de problématiques relatives à la réalisation de la justice sociale et l’égalité des chances ainsi qu’à l’adoption du principe de transparence en rapport avec l’attribution des postes disponibles. Malgré les progrès réalisés ces derniers temps, comme en témoignent plusieurs études et rapports élaborés d’institutions financières internationales, la croissance régionale demeure faible et ses bénéficiaires sont peu nombreux.

Les revenus moyens demeurent stables par rapport à l’augmentation de la pauvreté dans les zones de conflit, ce qui alimente beaucoup de frustrations chez une large frange de la population en raison du manque de perspectives d’emplois et l’absence d’accès à des services abordables et de qualité. Ces progrès, accompagnés d’un rebond de l’économie mondiale, offrent l’occasion de mettre en œuvre des réformes destinées à améliorer les perspectives de croissance à moyen terme et profiter à tous.

Selon ces rapports, les politiques budgétaires devraient soutenir les activités susceptibles d’accroitre la croissance et de créer des opportunités pour tous en s’appuyant sur des dépenses sociales plus efficientes et efficaces, une fiscalité juste et bien ciblée et des aides pour les plus vulnérables, de même qu’elles devraient contribuer au développement du secteur privé qui nécessite des systèmes financiers et une réglementation efficaces, définissant des règles équitables, gages de la réussite des entreprises.


Dans ce contexte, la conférence d’Amman, tenue en 2014 sous le thème “Construire l’avenir: emplois, croissance et équité dans le monde arabe“, avait plaidé en faveur de la réalisation d’une forte croissance, de la création de nouveaux emplois, de l’égalité des chances et de la protection des couches à faible revenu dans le monde arabe, qui connait un taux de chômage élevé, en particulier chez les jeunes. L’urgence de promouvoir la croissance et d’accroître les possibilités d’emploi dans le monde arabe s’explique par le fait que 60% de la population est âgée de moins de 30 ans.

Selon les estimations de l’Organisation internationale du Travail (OIT), près de 5,5 millions de jeunes arrivent chaque année sur le marché du travail, d’où la nécessité d’améliorer le climat des affaires et de créer des conditions propices au développement du secteur privé pour qu’il contribue à la croissance globale et à la création d’emplois en faveur des jeunes de la région, dans un contexte marqué par l’emploi limité dans le secteur public.

La Conférence régionale de croissance globale, qui se tiendra mardi à Marrakech sous le signe: “opportunités pour tous: croissance, emploi et inclusion dans le monde arabe” vient à point nommé pour faire avancer le débat sur la croissance globale dans le monde arabe et passer à la phase de mise en œuvre pour surmonter les paradoxes que connait le monde arabe et libérer le potentiel de la région aux fins de créer plus d’emplois tout en bénéficiant des nouveaux secteurs de croissance.

La conférence, organisée à l’initiative du Fonds monétaire international (FMI), du Fonds monétaire arabe (FMA), du Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES) et du Royaume du Maroc, cherchera à répondre aux défis qui entravent les politiques de croissance globale, à étudier les mesures à même d’étendre la portée des réformes afin de créer davantage d’opportunités pour les jeunes et les femmes et à examiner la contribution du FMI, du FMA et du FADES à la mise en œuvre des réformes.


Les participants discuteront également des politiques favorisant une croissance plus durable et plus intégrée, des opportunités pour tous et des moyens susceptibles de traduire ces mesures en actions pratiques et tangibles. Des hauts responsables, des entrepreneurs, des universitaires, des jeunes et des représentants de la société civile du monde arabe et d’ailleurs participeront à cet événement pour partager leurs expériences et idées sur la création d’emplois.

La tenue de cette conférence au Maroc sera l’occasion de mettre en évidence les réformes économiques et sociales adoptées par le Royaume et de passer en revue le niveau de développement des capacités dans la région MENA ainsi que le rôle du FMI dans la région. Cet événement permettra aussi de se pencher sur les moyens d’accroître les opportunités offertes aux femmes et aux jeunes et d’encourager l’esprit d’entreprise et l’innovation en adoptant la transparence et la technologie pour promouvoir le potentiel caché de la région.

La prospérité des PME et la promotion d’une plus grande participation du monde arabe dans les chaînes de valeur mondiales figurent également à l’ordre du jour. Les participants plancheront aussi sur la contribution de la technologie financière à la promotion de l’accès aux services financiers pour les jeunes, les femmes et les PME, les mécanismes pour l’autonomisation des femmes, ainsi que la contribution des réseaux de protection sociale à la protection des catégories les plus vulnérables et les moyens de relever les défis du chômage chez les jeunes et le développement des compétences.

La Conférence focalisera aussi sur la manière avec laquelle les gouvernements pourront réorienter leurs politiques et leurs budgets pour soutenir le secteur privé, la promotion de l’intégration, la création d’infrastructures nécessaires à la croissance et le commerce, l’amélioration de la transparence, le renforcement de la reddition des comptes et la promotion d’une protection sociale adéquate.