Le monde n’est pas à l’abri d’un “retour à des calamités financières”