Moscou accuse Kiev d’avoir empoisonné certains de ses soldats

Le ministère russe de la Défense a accusé samedi l’Ukraine d’avoir empoisonné, fin juillet, certains de ses soldats dans la partie de la région de Zaporizhzhia, au sud-est de l’Ukraine, contrôlée par la Russie.

Le ministère a déclaré qu’un certain nombre de militaires russes avaient été emmenés dans un hôpital avec des signes d’empoisonnement grave le 31 juillet, précisant que les tests ont révélé la présence, dans leur organisme, d’une substance toxique, la toxine botulique de type B.

« Sur le fait de terrorisme chimique sanctionné par le régime (du président ukrainien Volodymyr) Zelenskyy, la Russie prépare des preuves à l’appui avec les résultats de toutes les analyses », a expliqué le ministère dans un communiqué.

Il n’a précisé ni combien de militaires avaient souffert, ni quel était leur état actuel, ni la nature des « preuves à l’appui ».

Un conseiller du ministère ukrainien de l’Intérieur a répondu que l’empoisonnement présumé pourrait être dû à la consommation par les forces russes de viande en conserve périmée.

La toxine botulique de type B est une neurotoxine qui peut provoquer le botulisme lorsqu’elle est ingérée dans des produits alimentaires préalablement contaminés, mais elle peut également avoir des utilisations médicales.

Avec MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page