A LA UNEEconomie

Multinationales: Paris va “se battre” pour une taxe supérieure à 15%

Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a souligné, vendredi, que son pays va “se battre” pour obtenir une taxation minimale supérieure à 15% sur les multinationales.

La France va se battre pour que cet accord soit conclu au G20 de Venise. La France va aussi se battre avec beaucoup de force pour que le taux de la taxation minimale soit supérieur à 15%“, a-t-il déclaré, cité par la presse de l’hexagone.

C’est la position que je défendrai aujourd’hui au G20“, a indiqué le locataire de Bercy, à son arrivée dans la ville italienne où a débuté le G20 Finances.

Nous avons la possibilité que ces États, qui représentent 85% de la richesse mondiale, s’entendent sur un accord sur la taxation internationale pour le 21e siècle qui permette de taxer de manière juste les géants du numérique qui échappent largement à l’impôt, ce que personne ne peut accepter“, a expliqué M. Le Maire, toujours cité par les médias français.

→ Lire aussi : Variant Delta: La France recommande “d’éviter” l’Espagne et le Portugal pour les vacances

Les ministres des Finances du G7 s’étaient engagés début en juin, lors d’une réunion à Londres, à imposer une taxe mondiale d’au moins 15% sur les grandes entreprises et d’assurer une meilleure répartition des recettes fiscales provenant des multinationales, particulièrement les géants du numérique.

La France avait qualifié d’”historique” et d’”ambitieux” cet accord, fruit de “4 ans de combat” qui “n’est qu’un point de départ”.

Le projet d’impôt minimal mondial, qui fait partie d’une vaste réforme fiscale portée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a été ravivé par l’administration américaine du président Joe Biden.

Ce projet, dont le but est de lutter contre l’évasion fiscale, vise à taxer largement les grandes entreprises de la technologie, souvent américaines, qui paient des impôts dérisoires malgré des profits de dizaines voire centaines de milliards de dollars, en se domiciliant dans des pays où le taux d’impôt sur les sociétés est très faible, voire nul.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page