ban600
credit agricol

Mustapha Adarouch, une véritable performance agricole qui fait honneur à son pays

Mustapha Adarouch, une véritable performance agricole qui fait honneur à son pays

À l'heure où l'agriculture se complexifie et subit toutes les affres des aléas climatiques et des effets ravageurs des insectes sur les plantations, Mustapha Adarouch fait figure de grand conseiller et de partenaire privilégié, son professionnalisme et son dévouement pour son travail font en sorte qu'il soit constamment sollicité partout ailleurs en Afrique, notamment au Kenya où il réside actuellement.

Toujours à l’écoute de ses partenaires avec son large sourire «contagieux», Mustapha Adarouch ne manque jamais à l’appel et répond toujours présent surtout quand il s’agit d’apporter des solutions sur le terrain ou d’apporter conseil aux agriculteurs, sans distinction aucune.

Ce directeur régional pour l’Afrique de l’Est d’une grande société qui opère dans la fabrication et le développement de produits fertilisants et de protection des cultures, ne se lasse jamais de sillonner, en globe-trotter, toutes les fermes et les grandes plantations du Kenya pour accompagner les agriculteurs et apporter des solutions à leurs problèmes.

Homme volubile, persuasif et décidé, Adarouch est de la trempe de ces personnes tant dévouées qui considèrent leur travail d’abord et avant tout comme une passion personnelle.

« La passion pour moi est cette énergie inépuisable qui me pousse à aller toujours de l’avant, toujours plus loin pour assouvir ma soif de bien faire, de comprendre et de réaliser», a confié à la MAP, ce natif de la région d’El Hajeb, tout fier de ses origines.

«En fait, je n’ai jamais senti que je travaillais, tout ce que je fais me procure plaisir et autosatisfaction. tellement est forte ma passion et ma soif permanente de découvrir, de connaitre et d'expérimenter», a-t-il soutenu.

«Quand j’arrive à régler une infection d’une végétation ou traiter efficacement une plantation pour sauver le travail et le labeur de toute une saison, mon autosatisfaction n’a pas d’égale», a affirmé Adarouch, qui se pose toujours pour principe fondamental que «c’est toujours l’Homme qui apporte et qui donne des solutions».

Toujours décidé à aller jusqu’au bout, rien ne peut arrêter ce grand technicien, expert et pédagogue de faire son travail à n’importe quel prix, comme il le faut et au temps voulu.

→ Lire aussi : Filière arganier: le Maroc et le Canada valident un projet d’autonomisation économique des femmes

A bord de sa voiture 4x4, Adarouch parcoure jusqu’à 400 km par jour de routes sinueuses et de pistes impraticables pour donner le meilleur de lui-même et représenter dignement à la fois son entreprise mais aussi et surtout son pays, le Maroc.

«Je veux donner la meilleure image de mon pays. Je suis en contact permanent avec de grandes personnalités et aussi avec la population et je tiens à représenter dignement mon pays qui regorge de potentialités», a raconté tout fier ce cadre qui avait intégré, dès l’âge de 11 ans, le Centre d’Instruction et d’Education Rural Africain (CIDERA), actuellement devenu Ecole d’Agriculture de Témara.

«L’amour de donner et de recevoir sur les plans émotionnel et professionnel» sont les maitres mots qui font la motivation de ce directeur régional et qui lui permettent de se surpasser.

Déjà quand il était au Sénégal où il dirigeait une grande entreprise, Adarouch multipliaient les actions en faveur de la communauté marocaine établie dans ce pays africain.

Ouvrir les portes de sa maison à l’ensemble des étudiants marocains dans toutes les occasions et les fêtes nationales et religieuses, pour ne citer que cela, en disent long sur la grande générosité de cet homme hors pair et son sens élevé du devoir envers ses compatriotes et envers sa patrie.

Après avoir obtenu un bac agricole puis un brevet de technicien agricole, Mustapha Adarouch a poursuivi ses études en France où il a obtenu un BTS en technique de distribution et de commercialisation de produits agricoles.

En 1983, il a obtenu une maitrise AES à la faculté Claude Bernard à Lyon, avant de revenir au Maroc où il entamé sa carrière professionnelle dans une société de conserves, avant de travailler, six mois plus tard, pour une multinationale.

Son sérieux, abnégation et assiduité lui ont valu le respect de ses supérieurs et de ses semblables partout où il a travaillé dans 25 pays comma la France, l’Espagne, les Emirats Arabe Unis, l’Algérie, le Sénégal et autres.

Adarouch reste, en effet, l’une des grandes compétences qui font la fierté du Maroc à l’international.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :