ban600
credit agricol

Naissance d’un cercle vertueux ou réponse à un agent de la DRS algérienne

Naissance d’un cercle vertueux ou réponse à un agent de la DRS algérienne

Par Françoise Dominique Bastide

"Je répondais à un agent de la DRS algérienne collé à mes basques comme les mouches à l'encolure des chevaux. 
Ce cercle vertueux, plus que jamais, il nous appartient à tous de le construire. A chaque fois que vous participez à une opération de solidarité, vous posez une brique à ce cercle vertueux!"

Vous savez Salima ou Salim... C’est bizarre, je vous imagine en officier aimant son pays...une sorte de Yasmina Khadra...pardon pour l’ imagination puisque je suis condamnée à dialoguer avec un faux profil... Pour tout changement quel qu’il soit... Il faut une vision et du courage pour changer les choses. Et en général, pour aller loin et haut... il faut des croyances. Je m'explique, c'est très simple, vous allez comprendre. Lorsque vous défendez des intérêts, vous êtes dans le domaine de l'Avoir... Lorsque vous défendez des Principes, vous êtes dans le domaine de l'Être. Et là c'est extrêmement fort. Parce que dans l'Avoir, vos intérêts ne sont que ceux du moment, versatiles et fluctuants. Des convictions labiles... Mais dans l'Être, vos principes vous arment, vous renforcent et vous permettent de mettre des forces inespérées dans la balance et des sacrifices insoupçonnés...

Prenons le problème du Sahara Marocain qui est notre grand point de division.

Vous voyez, les dirigeants algériens se sont rapidement reniés...Ils savaient que cette partie de Sahara était historiquement marocaine puis, cynisme du pouvoir aidant, ils ont utilisé des principes pour camoufler ce qui n’était que de vils intérêts. S’ils avaient été sincères dans leurs"Principes" d'autodétermination...et bien, nous aurions constaté, charité commençant par soi même, que le Peuple algérien serait respecté à l’intérieur du pays. Le même respect avec lequel on se gargarise pour autrui... On aurait constaté qu’il serait le grand bénéficiaire de toute la manne pétrolière, il faut le dire, inespérée depuis la situation des Algériens sous la Régence d’Alger. On aurait constaté chez vous une super éducation à la clef pour tous et un formidable fondement démocratique... Mieux, pour vos populations au Sud dans ce Sahara récemment greffé par la France, on aurait constaté, comme cela se passe au Maroc, que les Sahariens, déshérités par une nature belle mais parcimonieuse, bénéficieraient d’un surplus d’attention de l’Etat... Plus mathématique encore... à Tindouf, terre Marocaine sur laquelle vos dirigeants ont installé ce mensonge qu’est la RASD, s’ils avaient été vraiment sincères, ces dirigeants, nous aurions vu chaque famille... au total, au départ, un nombre plus infime que celui d’une petite ville marocaine, installée, éduquée. Chaque enfant relié au monde de l’éducation internationale par des ordinateurs avec un territoire magnifique complanté et des vergers... Vous souriez... pourquoi? ... Le Maroc ne fait rien pousser dans le désert?... De l’agriculture, des écoles, des piscines, des bibliothèques... Regardez: https://vimeo.com/159483826.

A l’Algérie, cela n’aurait même rien coûté puisque ces populations bénéficient déjà d’un soutien logistique énorme de la Communauté internationale... Or que constatons nous? Que tous ces fameux grands Principes n’étaient là que pour masquer des appétits meurtriers, un cynisme sordide, une inhumanité rare, un détournement systématique de toute manne et une ahurissante Bérézina que plus rien désormais, ne peut masquer. Accompagne le menteur jusqu’à la porte de sa maison... A Tindouf, l’aide internationale est pillée, dilapidée, revendue sur les marchés des pays voisins... Pendant que les pauvres figurants de cette farce vivent sous des tentes emportées régulièrement par les orages, leurs représentants, les mêmes depuis 40 ans, ont massivement investi comme leurs mentors en Europe et sur la Costa Brava.

Il n’y a guère que les Duvalier Père & Fils en Haïti, cette succursale du détournement de la pitié internationale, qui ont égalé les prébendes de Abdelaziz et consorts... Non, vous les Algériens, au début, tant que ce système vous donnait l’illusion d’être grands, vous en avez été, par votre silence, les complices.. Silence on dort... On dort pendant qu’on fout, en une nuit, par la fenêtre, 45.000 Marocains enracinés jusqu’à l’os sur des terres souvent arbitrairement délimitées comme les vôtres en les ayant naturellement, spoliées. Un renoncement en appelant immédiatement un autre... Silence on dort...pendant qu’on assassine 100 journalistes... les vôtres... la fleur de votre sel. La quintessence du courage et de la réflexion de votre pays... Silence, on dort pendant que l’on égorge des douars entiers et que l’on jette des nouveaux nés sur des murs... Silence, on dort pendant que vos leaders sont assassinés un par un... Silence, on dort lorsque le fils de la voisine disparaît... mystérieusement... Silence, on dort lorsqu’on se retrouve avec des milliers de voisines qui gémissent. Maintenant, comme les Marocains qui ont dû essuyer une coûteuse guerre militaire, psychologique, diplomatique depuis 40 ans, tout en assumant, avec courage, une réunification dans la sueur et les larmes, vous êtes les indaignables victimes du désastre sur lequel, opportunément, vous vous êtes habitués à fermer les yeux... On a envie de pleurer sur votre destin et sur ce désastre ... tout en sachant que, comme un humain, face à la maladie et à la mort, ces grandes épreuves se vivent seul! Nos deux peuples sont seuls face à leurs destins. La destinée leur sera d’autant plus favorable que personne d’extérieur n’y mettra la main. Et le plus que l’on puisse faire pour vous est justement de ne rien y faire!

Le jour où vous avez décidé de dormir... Lors de la première injustice... Le jour où vous avez avalé la couleuvre du premier gros mensonge... Ce jour-là, s’est mis en place un cercle vicieux. Il a mis 50 ans pour s’installer. C’est peu 50 ans dans l’histoire d’un pays. A peu près le temps qu’a mis la Colonie pour vous greffer ce gros ventre saharien. Un battement d’aile. Une succession de renoncements, de lâchetés, de mensonges, de facilités... Et voila le cercle qui se construit patiemment, avec toutes ces briques de malheur... Dans le pays d’à côté, celui qu’on vous a dressé à détester, il y a des gens qui vous irritent parce qu’ils vous rappellent en permanence: “Souviens toi. Souviens toi”...C’est exactement ce que votre Système combat parce que toute sa stratégie inverse consiste à vous faire TOUT oublier, à vous rendre amnésiques... Jusqu’à vous faire oublier que parmi les vôtres, il y a eu des gens de grand courage... Parce que ce système vous veut faibles, lâches et peureux pour pouvoir continuer à vous manipuler. Mais dans le pays voisin, on ne peut jamais perdre la mémoire parce qu’à la tête, il y a une Famille d’éléphants, qui évite au peuple d’être ingrat ou oublieux. Dans ce pays voisin, à force de difficultés dont vous avez largement été la cause, dans le pays voisin, honni par votre système, un Cercle vertueux s’est mis en place. Comment? Un progrès en amenant un autre, une difficulté surmontée entraînant un autre effort et donc une autre victoire, accouplé au fait de ne pas avoir de manne brutale et inespérée que la seule patience, l’effort et encore la patience...Un Cercle vertueux s’est mis en place. Voici la définition chère Salima communément admise: Un cercle vertueux est un ensemble de cause à effet qui améliore le système entier. C'est l'inverse d'un cercle vicieux. Dans son sens le plus courant, un cercle vicieux, enchaînement diabolique ou spirale vicieuse, est un ensemble de causes et d'effets qui forment une boucle dégradant la situation, parce que l'effet négatif nourrit et amplifie les causes qui lui donnent naissance...

Soyez certain “cher Salim” que tous les Marocains sont convoqués en responsabilité pour participer à ce Cercle Vertueux... Lorsque Sa Majesté dit que le Sahara est le problème de chacun et le problème de Tous, soyez sûr que pour le dernier des 35 Millions de Marocains, y compris ceux du bout du monde, la cause est sacrée! Sur l’obligation de changement... oui, on change lorsqu'on a une vraie vision! Le mieux qui puisse nous arriver est d’avoir toujours la nécessité de devoir vous servir d’exemple.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

top
%d blogueurs aiment cette page :