NASAC : Réélection de Mostapha Bousmina

Le Chancelier de l’Académie Hassan II des Sciences Techniques, Mostapha Bousmina, a été réélu, mercredi à Johannesburg (Afrique du Sud), pour un deuxième mandat de trois ans à la tête du Réseau Africain des Académies des sciences (NASAC).

L’élection a eu lieu en présence des Académies membres issues des 24 pays du Continent Africain en plus des représentants de l’Inter-Academy Partnership (IAP), qui regroupe plus de 130 académies des Sciences à travers le monde, ainsi que des observateurs scientifiques de l’Europe, indique l’Académie Hassan II des sciences et techniques dans un communiqué.

“La réélection à la présidence du NASAC pour un deuxième mandat de trois ans est un signe de reconnaissance, entre autre, du sérieux et du leadership à l’échelle africaine de l’Académie Hassan II des sciences et techniques, tout comme elle est incontestablement signe de confiance, au regard, pour une grand part, du prestige du Maroc miroir de l’action menée avec succès à l’endroit de l’Afrique par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu Le préserve et perpétue Ses bienfaits”, lit-on dans ce communiqué.

Le réseau panafricain NASAC œuvre à la promotion de la science et de la technologie en Afrique, fait savoir l’Académie Hassan II des sciences et techniques, ajoutant qu’il participe également, du point de vue scientifique et en collaboration avec l’Union Africaine (UA), l’Organisation des Nations unies (ONU), l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et autres institutions continentales et internationales, à la définition des objectifs de développement du Continent africain.


Forum africain indépendant, créé en 2001 sous les auspices de l’Académie africaine des sciences (AAS) et de l’IAP, ce réseau regroupe outre l’AAS, les académies des sciences de 20 pays du Continent africain (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Ethiopie, Ghana, Kenya, Madagascar, Iles Maurice, Maroc, Mozambique, Nigeria, Sénégal, Afrique du Sud, Soudan, Tanzanie, Togo, Uganda, Zambie, Zimbabwe), relève le communiqué.

En plus de la promotion de la science et la diffusion de la culture scientifique au sein des pays du continent à travers des programmes impliquant un réseautage d’Académies des sciences à l’échelle africaine, le NASAC constitue également un forum régional pour discuter et émettre des recommandations sur les questions scientifiques d’importance pour le développement de l’Afrique via la Science et la Technologie, ajoute la même source.