Nassim Abbassi réinvite « Abderraouf » aux petits écrans pour Ramadan prochain

Après le succès du long-métrage du réalisateur, Nassim Abbassi, «  Mon oncle »  qui rend hommage aux acteurs marocains et en particulier à Abderrahim Tounsi alias «  Abderraouf »,  le réalisateur compte tourner bientôt une série avec l’humoriste  qui sera diffusée sur nos écrans durant le mois sacré de Ramadan.

« Cette nouvelle série sera complètement différente du film ‘’ Mon oncle », vient de nous confier le talentueux réalisateur en affirmant qu’« il compte faire revivre l’éternel personnage de « Abderraouf » de son géniteur Abderrahim Tounsi.

Faisant partie des admirateurs du personnage, qui avec le temps a presque disparu des écrans et des planches, Nassim Abbassi, compte dépoussiérer le talent du pionnier de l’humorisme marocain. C’est dans cette optique qu’il devrait faire revivre ce personnage « qui n’a pas eu sa part » de son point de vue.  Les travaux préparatoires du tournage battent leur plein. « Le casting de la nouvelle série est en cours », assure le réalisateur.

M.  Abbassi cherche à travers cette série à faire renaître de ses cendres le fameux personnage « stéréotype de l’idiot lucide », né en 1967, et dont les spectacles se jouaient à guichets fermés durant les années 1970 et 1980.


Abderraouf avait fait plier de rire des générations de Marocains,  il jouait « l’idiot» faisant passer des messages à forte portée politique que ce soit durant le protectorat ou après l’indépendance en 1956 sur les maux de la société marocaine (corruption, chômage, lenteurs administratives, malhonnêteté…).

Abderraouf est bien plus qu’un humoriste. Ce natif de Casablanca a été parmi les précurseurs de l’humour individuel dans sa forme moderne.  Promis à une carrière professionnelle, loin des planches, il attrapa au début des années 50 la fièvre du nationalisme. Ainsi, il commença à participer aux manifestations anticoloniales et fut emprisonné par les autorités françaises.

C’est dans les geôles du protectorat français qu’il va découvrir ses penchants pour le théâtre. En 1960, il créa sa propre troupe et inventa ce personnage qui est l’incarnation même de la naïveté villageoise. Avec l’avènement de la télévision, ce fut un triomphe.

A noter, par ailleurs, que le long métrage « Mon oncle » a connu un franc succès au cinéma et devrait faire pareil sur le petit écran. Si le film racontait l’histoire de Alia, actrice résidant à Rabat avec ses colocataires Leila et Hind, la série ramadanesque ne devrait pas reprendre le même scénario, comme l’a affirmé M.Abbassi.