New York: La police démonte un campement érigé par des manifestants antiracisme

campement

La police newyorkaise a démonté, mercredi, un campement érigé depuis un mois devant l’hôtel de ville à Manhattan par des manifestants pour protester contre le racisme et la brutalité policière, qui a attiré dernièrement de nombreux sans-abri.

Le campement avait été initialement formé par des centaines de manifestants dans le cadre de l’opération “Occupy City Hall” pour exiger que les législateurs et la ville réduisent le budget de la police, accusée de brutalité et de racisme.

Ce campement au City Hall Park, dans le bas Manhattan, s’est formé dans le sillage des manifestations de rue provoquées par la mort de George Floyd et d’autres Noirs américains tués par les forces de l’ordre.

Mais le campement a attiré ces derniers jours un grand nombre de sans-abri, ce qui a forcé les autorités à procéder à son démantèlement tôt mercredi matin. Sept personnes ont été arrêtées après que des affrontements sporadiques ont éclaté entre des policiers et des occupants du camp, selon les médias locaux. Un manifestant a été placé en garde à vue après que la police l’a accusé d’avoir jeté une brique sur un officier.

Les manifestants à l’origine du campement font partie d’un mouvement national de protestation baptisé “Defund the police” (dé-financer la police) qui cherche à réaffecter les fonds publics vers d’autres secteurs sociaux tels que le logement et l’éducation. Ils exigeaient que le conseil municipal de la ville coupe au moins 1 milliard de dollars du budget actuel de 6 milliards du département de police de New York (NYPD).


Les organisateurs ont appelé cette action de protestation “Occupy City Hall” – un clin d’œil au mouvement Occupy Wall Street organisé en 2010 à quelques blocs de là pour dénoncer les pratiques des marchés financiers au lendemain de la crise de 2008.

George Floyd, un afro-américain, est décédé le 25 mai après qu’un policier blanc de Minneapolis s’est agenouillé sur son cou lors de son interpellation. Sa mort a provoqué des manifestations massives à travers les Etats-Unis et le monde contre la brutalité policière notamment envers les personnes de couleur.