Nizar Berdai : Le projet « Parlement Jeunesse du Maroc » avance d’un pas sûr

Nizar Berdai : Le projet « Parlement Jeunesse du Maroc » avance d’un pas sûr

Par Saad Bouzrou

La participation de Nizar Berdai au Parlement-jeunesse du Québec lui a permis d’avoir d’autres ambitions en tête. Cette fois, Il aspire à refaire la même expérience au Maroc, mais avec le choix d’inclure les jeunes marocains dans son projet. Détails.

Dans un entretien avec Maroc Diplomatique, Nizar Berdai, le jeune marocain qui participe actuellement au Parlement-jeunesse du Québec, a expliqué l’état d’avancement de son projet au Maroc qui marche à grands pas : « Durant mon bref séjour au Maroc, et je souligne le mot bref, étant donné la difficulté de la séparation et du retour au Canada, j’ai eu la chance et l’occasion de rencontrer plusieurs parties prenantes futures de ce projet, je rappelle « l’instauration de la première édition du Parlement Jeunesse du Maroc (PJM).

→Lire aussi : Qui est Nizar Berdai, ce marocain qui a siégé au Parlement-jeunesse du Québec ?

Parmi ces personnalités institutionnelles, figure « Monsieur le ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, qui a exprimé un réel intérêt vis-à-vis du projet. Cette entrevue s’est soldée par un accord de principe faisant suite à la discussion des principaux axes du projet en question, et à ce titre, je tiens à le remercier vivement pour m’avoir ouvert ses portes, manifesté un enthousiasme particulier et avoir rapidement intégré cette idée, prévoyant ainsi d’ approcher dans un premier temps les différentes écoles et universités marocaines à travers le royaume à la recherche des politiciennes, politiciens et journalistes de demain, en attendant d’élargir nos horizons en recrutant de jeunes professionnels ».

Rappelons à cet effet que Nizar Berdai prévoit de calquer le modèle de la chambre des représentants marocaine sur celui d’un nouveau parlement dédié aux jeunes, mais avec deux conditions sine qua non : Primo, pas de représentation partisane, seulement un jeu d’alternance majorité/opposition, afin de fluidifier le jeu politique, et secundo, seuls les jeunes marocains âgés entre 17 ans et 27 ans auraient le droit d’accéder à l’hémicycle.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :