Un nouveau système japonais pourrait accélérer les alertes des catastrophes naturelles

Un nouveau système associant un satellite et un superordinateur japonais pourrait améliorer considérablement les prévisions météorologiques et ainsi sauver des vies en avertissant plus tôt des catastrophes naturelles, a indiqué une équipe de chercheurs nippons. 

Des données recueillies par le satellite météorologique géostationnaire Himawari-8, mis en service en 2015, ont été analysées par le programme d’un superordinateur de l’institut scientifique Riken.

Selon le chef de l’équipe du Riken, Takemasa Miyoshi, “pour la première fois au monde, cette étude a assimilé avec succès des données infrarouges provenant de Himawari-8, collectées dans toutes les conditions météorologiques et mises à jour toutes les dix minutes”.

Ce satellite fournissait “des types de données qui n’étaient pas disponibles auparavant”, a ajouté M. Miyoshi, notant que “ceci a sensiblement amélioré le suivi des développements rapides d’un typhon ainsi que les prédictions de pluies torrentielles localisées et a été efficace dans la prévision des inondations”. “Il est très gratifiant de se dire que des superordinateurs alimentés en données provenant de ce nouveau satellite permettront de créer des simulations mieux à même de prévoir des précipitations subites et d’autres phénomènes météorologiques dangereux qui provoquent des dommages énormes et sont amenés à devenir plus fréquents avec le changement climatique“, s’est-il félicité.


Pour tester son système, l’équipe du Riken a analysé un typhon qui a frappé le Pacifique fin juillet et début août 2015 ainsi que des pluies diluviennes qui ont provoqué la mort de 20 personnes au Japon en septembre de la même année.

L’équipe, dont l’étude est publiée dans le Monthly Weather Review et le Journal of Geophysical Research: Atmospheres, a constaté que le nouveau système prévoyait de manière plus précise l’évolution rapide du typhon et que la fréquence des simulations jouait un grand rôle dans cette amélioration.

Pour ce qui est des pluies diluviennes, les données du satellite compilées par l’ordinateur ont aussi permis de prévoir avec plus de précision les précipitations très concentrées qui avaient notamment conduit une ville à être brusquement envahie par les eaux d’une rivière en furie.

L’Agence météorologique du Japon a accueilli avec prudence ce nouveau système, signalant qu’il devrait faire ses preuves avant d’être utilisé. “L’Agence météorologique mène ses propres recherches et nous étudions aussi ce que font nombre d’autres équipes”, a précisé l’un de ses scientifiques, Kozo Okamoto, qui a participé au projet du Riken.