Nouvel An en France: un homme tué et 50 personnes blessées par des pétards

pétards

Un homme de 30 ans a été tué et 50 autres personnes blessées par l’explosion de pétards durant une nuit de la Saint-Sylvestre agitée dans le nord-est de la France, où des véhicules ont aussi été incendiés lors de violences urbaines.

Un homme de 30 ans a été tué à Haguenau (nord-est) par l’explosion d’un engin de type “mortier”, a indiqué la préfecture du Bas-Rhin, soulignant que cet accident s’était déroulé “hors de tout contexte de violence urbaine”.

Parmi les 50 blessés, souvent touchés aux mains ou aux yeux, figurent 20 mineurs. La plus jeune victime des pétards n’est âgée que de 4 ans, selon le bilan communiqué par la préfecture.

L’an dernier, 57 personnes avaient été blessées par des pétards. Un adolescent de 15 ans et un jeune homme de 20 ans avaient eu des doigts amputés.

→ Lire aussi : Retraites: Macron ne lâche rien, pas d’issue en vue


En Alsace, le Nouvel An est indissociable du vacarme des pétards, souvent achetés en Allemagne où la législation sur les engins pyrotechniques est plus libérale.

Comme les années précédentes, la préfecture du Bas-Rhin a pris un arrêté restreignant l’emploi de ces dispositifs. Policiers et douaniers ont aussi mené des contrôles à la frontière franco-allemande pour faire respecter l’interdiction d’importer des pétards d’Allemagne, sans autorisation formelle des douanes.

Mardi soir, Robert Hermann, le président socialiste de l’Eurométropole qui réunit Strasbourg et une trentaine de communes voisines, s’est réjoui que “les Allemands commencent à prendre conscience que la vente de pétards en Allemagne provoque des accidents des mains, des accidents des yeux, de la pollution”.

Il a appelé à un compromis avec Berlin pour interdire au moins la vente des engins de “gros calibre”.


A Strasbourg, la nuit a également été marquée par des violences urbaines, avec un plus grand nombre de véhicules incendiés que l’année dernière, davantage d’interpellations et des fonctionnaires légèrement blessés, selon une source policière.

Avec AFP