Nouvel ouvrage intitulé “L’Oriental marocain, des siècles d’art culinaire juif” de l’écrivaine marocaine Maguy Kakon

Un nouvel ouvrage intitulé “L’oriental marocain, des siècles d’art culinaire juif” de l’écrivaine Maguy Kakon vient d’être publié par l’Agence de l’Oriental et les Editions La Croisée des Chemins.

Riche de 250 pages, cet ouvrage est un recueil de recettes culinaires qui exhalent les multiples arômes de la communauté juive de l’Oriental et prolonge la rencontre entre un héritage culturel et un territoire.

“Ce livre est la reconstruction du souvenir de la communauté judéo-maghrébine, pour revivre au travers des textes et des photographies, les moments heureux de la vie juive dans son quotidien, humble ou faste”, écrit Maguy Kakon dans l’introduction de son ouvrage.

Pour elle, cette cuisine, “comme la langue, est le ciment le plus efficace entre juifs et musulmans, une véritable monnaie d’échange”. 


Et d’ajouter: “Je me suis aventurée au cœur des mets, des ingrédients, des épices, des herbes, recherchant patiemment dans les fragments dispersés de la mémoire collective ce riche héritage berbéro-andalou”. 

De son côté, le directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement de l’Oriental, Mohamed Mbarki, a fait savoir que cet ouvrage a “un prédécesseur illustre qui a interpellé les cœurs et les esprits et provoqué une mobilisation salutaire en faveur de Debdou, petite ville attachante à l’histoire si originale”, précisant que ce livre, paru en 2013, s’intitule “Mémoires juives de l’Oriental marocain”. 

“Cet ouvrage est un acte de mémoire dédié à donner du désir pour la Région de l’Oriental, de l’intérêt pour ses identités en célébrant l’une d’elles”, écrit M. Mbarki dans l’avant-propos de ce recueil, soulignant que cette démarche est consubstantielle de la politique éditoriale menée par l’Agence de l’Oriental pour honorer le patrimoine immatériel régional et accompagner l’émergence riche et pleine de promesses de la région.

Ce recueil comporte ainsi une panoplie de recettes illustrées par des photos culinaires, notamment les apéritifs ou Kémia (Thamed, Friture de l’Oued, Tisbibines…), les salades et entrées ( Tchoukchouka, M’hammer , Ma’qouda ), les grillades, les soupes, le couscous, les pains, les Dafinas ainsi que plusieurs autres composantes d’une gastronomie juive marocaine si riche et diversifiée.