Nouvelle parution : “Les Rencontres internationales de Toumliline”

Nouvelle parution : “Les Rencontres internationales de Toumliline”

En octobre 1952, un monastère bénédictin fut implanté sur les contreforts du Moyen Atlas, en surplomb d'Azrou, au lieu-dit « Toumliline », du nom d'une source proche. Il ferma ses portes en 1968. C'était un lieu de paix, de partage et de dialogue qui appartient de plein droit à l'histoire du Maroc indépendant.

Par son enquête fouillée et inédite sur les Cours Internationaux d'été qui y furent organisés de 1956 à 1968, François Martinet a cherché à comprendre la genèse et l'émergence de ce qu'on a appelé « l'esprit de Toumliline ».

Rien ne semblait prédisposer ce modeste monastère à jouer un rôle éminent au plan national et international, comme à s’inscrire dans l’histoire même du Maroc moderne. Qui aurait pu prédire qu’il allait être un jalon précieux dans la grande histoire du rapprochement islamo-chrétien ; qu’il allait être un haut lieu du rapprochement entre chrétiens libéraux et nationalistes marocains ; qu’il allait être un ferment d’unité et de fraternité à compter de l’Indépendance ou qu’il allait devenir un grand foyer de Rencontres internationales ? 4è de couverture (Extrait)

→ Lire aussi : Modernités arabes, de la modernité à la globalisation

A Toumliline, dans ces Cours d’été, on parlait avant tout de l’homme, de ses valeurs, de la réponse aux défis du temps, sans dogme et sans idéologie, en pleine liberté. On traitait de thématiques sociétales majeures, mais aussi des religions, de ce qui les lie, plus que de ce qui les sépare. … C’est un travail rigoureux qui constitue un premier jalon de recherches à venir… afin que l’esprit né à Toumliline puisse continuer à souffler. Avant-propos de BRAHIM BOUABID (Extrait)

En passeur, François Martinet interroge objectivement une mémoire collective et partagée… son père, Guy Martinet, fut un acteur, un protagoniste et un médiateur privilégié dans la fantastique expérience de la vie et de la fin de Toumliline… l’auteur a baigné dans ce bouillonnement, certes complexe mais exigeant, humain, vertueux et courageux des Français libéraux du Maroc entre 1952 et le début des années 1960… À travers des recherches minutieuses et rigoureuses, il a pu reconstituer l’essentiel de la vie intérieure et surtout culturelle et sociale de ce monastère… Préface de DRISS KHROUZ (Extrait)

L’auteur

FRANÇOIS MARTINET est professeur de philosophie, docteur ès lettres, historien des Français libéraux au Maroc (1952-1962).

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :