A LA UNEDiplomatie

Œuvrons ensemble pour renforcer la coopération internationale en matière de vaccins

Par LI CHANGLIN, Ambassadeur de Chine au Maroc

Le 5 août, le Conseiller d’État et Ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a présidé, par liaison vidéo, la première réunion du Forum international sur la coopération en matière de vaccins contre la COVID-19.

Organisée sous le thème « Renforcer la coopération internationale en matière de vaccins et promouvoir la distribution juste et équitable des vaccins dans le monde », la rencontre a connu la participation des Ministres des Affaires étrangères, des représentants des organisations internationales et des représentants d’entreprises de vaccins. Monsieur Nasser Bourita, Ministre marocain des Affaires étrangères était présent à la réunion et a prononcé un discours.

Le Président chinois Xi Jinping, dans son message écrit, a annoncé que la Chine va s’efforcer de fournir deux milliards de doses de vaccins au monde, tout au long de cette année, et offrira 100 millions de dollars à COVAX. En ce qui concerne la coopération internationale en matière de vaccins, les parties participantes sont parvenues à un large consensus dans une déclaration commune : face à la pandémie, nous devons redoubler d’efforts pour rendre les vaccins plus accessibles et abordables dans les pays en développement, faisant tout notre possible pour leur donner des vaccins, notamment aux pays les moins avancés; nous devons fournir des vaccins sûrs, efficaces, abordables et de haute qualité, et nous efforcer d’augmenter la capacité de production de vaccins des pays en développement à travers l’exportation, le don, la recherche et le développement conjoint, la production autorisée et le transfert de technologie. Il nous faut accorder notre soutien à la levée des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins contre la COVID-19 et soutenir l’OMC et d’autres organisations internationales dans une prise de décision rapide sur ce sujet. Les institutions financières multilatérales doivent soutenir par la finance inclusive les pays en développement pour faciliter leurs achats et leur production de vaccins. Il nous faut rejeter le nationalisme vaccinal et soutenir nos entreprises dans la production en partenariat avec d’autres pays du monde. D’ailleurs, nous réaffirmons l’importance de la liste d’utilisation d’urgence de vaccins de l’OMS et appelons les gouvernements à suivre le principe de science et de non-discrimination lorsqu’ils envisagent des mesures de contrôle aux frontières.

Le vaccin est une arme puissante pour freiner la propagation du virus

Depuis l’éclatement de l’épidémie, la Chine travaille activement à la coopération internationale et l’accès équitable aux vaccins à l’échelle mondiale. Le Président chinois Xi Jinping a indiqué à plusieurs reprises qu’une fois qu’un vaccin chinois sera développé et déployé, il deviendra un bien public mondial, et que les pays en voie de développement seront les premiers bénéficiaires. Chose promise, chose due. Dès le début de cette année, malgré une forte demande domestique pour le vaccin, la Chine a fait de son mieux pour fournir aux partenaires plus de 700 millions de doses de vaccins, aidant ainsi plus de 100 pays à sauver des vies et à lutter contre la pandémie. En mai dernier, le Président Xi Jinping a annoncé, lors du Sommet mondial sur la Santé, les cinq mesures dont l’initiative d’établir un forum international sur la coopération en matière de vaccins anti-COVID-19. En tant que le plus grand pays en développement et un membre responsable de la communauté internationale, la Chine continuera à apporter, par des actions multiples et multiformes, sa contribution à la victoire dans la lutte mondiale contre la maladie.

La Chine et le Maroc se sont entraidés, dès le début, dans leurs efforts de lutte contre la COVID-19. Au plus fort de la lutte chinoise contre le virus, le Maroc a manifesté une solidarité inestimable à mon pays, en prenant des mesures en faveur des ressortissants chinois bloqués au Maroc. La Chine ne l’oubliera jamais. Après l’apparition du virus au Maroc, la Chine mène une coopération fructueuse avec le Maroc, en fournissant plusieurs lots d’aides d’urgence en matériel médical, en partageant des expériences entre des experts médicaux. Jusqu’au 3 août, le groupe pharmaceutique chinois Sinopharm a livré, au total, plus de 20 millions de doses de vaccins au Maroc, permettant au Royaume de poursuivre sa campagne nationale de vaccination. En plus, la coopération entre nos deux pays dans la production de vaccins a également obtenu des progrès encourageants. Le 5 juillet, en présence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, un mémorandum relatif à la fabrication et la mise en seringue au Maroc du vaccin chinois a été signé entre le Maroc et le groupe Sinopharm, ce qui contribuera à renforcer la confiance et la capacité de nos amis marocains dans le combat contre la pandémie.

Tout en luttant contre le coronavirus, nous devons aussi combattre le virus politique. Récemment, le Secrétariat de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a informé ses États membres de son plan de travail sur la deuxième phase de l’étude sur l’origine du virus. De nombreux pays, dont la Chine, ont noté, avec regret, que ce plan de travail a été fortement perturbé par la politisation, et y ont exprimé leurs préoccupations et leurs objections. Ils estiment que ce plan de travail est en contradiction avec les exigences de la résolution de la 73e Assemblée mondiale de la santé ainsi que les conclusions et recommandations du rapport d’études conjointes Chine-OMS, n’a pas pu pleinement refléter les derniers acquis des études mondiales sur l’origine du virus et ne pourra servir de base à la deuxième phase de la coopération en matière de recherche de l’origine du virus. De plus, 60 pays ont écrit au Directeur général de l’OMS pour donner leur avis favorable au rapport d’études conjointes Chine-OMS et ont rejeté la politisation du traçage de l’origine du virus.

Le traçage de l’origine du virus est une question scientifique sérieuse. La Chine a invité, à deux reprises, des experts de l’OMS à se rendre en Chine pour des recherches conjointes sur l’origine du virus. Elle continuera de participer activement à la prochaine phase de la coopération internationale sur le traçage du virus. La Chine espère que l’OMS respectera l’esprit scientifique, professionnel et objectif et travaillera ensemble avec la communauté internationale pour préserver la nature scientifique et sérieuse de l’étude sur l’origine du virus, résister au contre-courant de la politisation de la question du traçage.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page