OIT : l’avenir du travail que nous voulons

La semaine dernière à Genève, l’organisation internationale du Travail (OIT) a achevé son événement phare sur le devenir du travail en appelant solennellement la communauté internationale à faire du dialogue social entre gouvernement et partenaires sociaux un instrument majeur pour bâtir un monde du travail dont personne ne sera exclu.

Pour résumer les deux jours du colloque, Guy Ryder, directeur général de l’OIT avait déclaré : «L’avenir du travail doit se fonder sur des considérations d’humanité, de justice sociale et de paix. Sinon, nous nous dirigerons vers un avenir sombre, un avenir dangereux».

Ces paroles résonnent très fort et renvoient à la réflexion sur la situation du travail et son devenir dans un monde en pleine mutation, surtout qu’on nous dépeint, ici, un tableau sinistre et obscur.

Fondée en 1919, à la suite de la guerre de 14-18, l’OIT poursuit une vision basée sur « le principe qu’il ne saurait y avoir une paix universelle et durable sans un traitement décent des travailleurs ». Selon elle, un travail décent est décrit comme l’activité remplissant les objectifs suivants : la création d’emplois, la garantie des droits au travail, la promotion du dialogue et la protection sociale.


Ce concept est fondé sur l’idée que le travail est source de dignité personnelle, de stabilité familiale, de paix dans la communauté, de démocratie, des croissances économiques qui augmentent les possibilités de productivité et de développement d’entreprises.

«Nous devons maintenant traduire nos réflexions en résultats concrets… nous devons répondre aux préoccupations de ces jeunes qui se demandent s’il existe un avenir du travail pour eux.» annonce le directeur général de l’OIT.

Une fois qu’on a dit cela, on se retrouve propulsé dans la réalité du quotidien, les aspirations que l’on avait avant d’intégrer le monde du travail et les perspectives de conjoncture économique pas si roses.

Sur le grand nombre des enquêtes menées, on arrive difficilement à trouver des employés pleinement comblés de leur travail.


En période de crise, avoir un travail relève déjà de l’exploit, le quitter peut s’avérer imprudent. Le marché du travail est capricieux et la plupart accepte le premier job venu même au détriment de ce qu’on souhaiterait vraiment faire.

Des fois, en ayant son job de rêve, mais au sein d’une ambiance et de conditions désagréables, cela pourrait virer au cauchemar. Des relations difficiles avec la hiérarchie ou les collègues, les situations stressantes qui s’installent dans la durée ont toujours des répercussions sur la santé des individus qui les subissent. Elles ont également des réverbérations négatives sur le bon fonctionnement des entreprises, bien que certains réussissent à garder la tête hors de l’eau et mènent à bien leur environnement de travail si leur poste correspond à leurs attentes.

D’un autre côté, le salaire est une chose importante, c’est une évidence. Sauf que le confort d’un gros salaire ne doit pas encourager à quitter son travail pour un autre mieux payé ou obliger à rester si le boulot ne motive pas. Là encore les avis restent départagés. Même s’il faut noter que l’augmentation du salaire reste la principale revendication des salariés à travers le monde.

Un salaire décent doit fournir aux travailleurs et à leur famille une existence décente. Sauf que là, aucune convention internationale ne le définit formellement.


La mise en place d’un salaire correct n’apporte pas seulement plus de revenus aux travailleurs mais elle permet également à l’entreprise de réduire l’absentéisme et le turn-over, d’améliorer la productivité ou encore d’engager ou maintenir le dialogue social.

Tout au long d’une carrière, il est important d’évoluer, et ce, autant dans ses responsabilités que dans ses compétences. Dans le contexte actuel, d’un marché de travail spécialement complexe et qui pourrait se corser davantage à en croire l’OIT, les personnes en quête d’emploi devront faire un point objectif sur eux-mêmes, sur leurs compétences, leurs envies mais aussi sur leurs contraintes et leurs points faibles.

C.O